Rechercher dans ce blog

mercredi 15 août 2012

Un responsable israélien prévoit un mois de guerre en cas de frappe contre le nucléaire iranien (Associated press)

AP  le 15-08-2012 à 19h40 - Mis à jour à 22h50

JERUSALEM (Sipa) — Le ministre israélien de la Défense civile estime qu'une attaque d'Israël contre le programme nucléaire de l'Iran pourrait déclencher une guerre "de 30 jours sur plusieurs fronts" à la fois et faire 500 morts voire plus côté israélien.
Matan Vilnaï, ex-général qui quitte son poste pour devenir l'ambassadeur de l'Etat hébreu en Chine, développe ce scénario dans un entretien publié par le journal "Maariv" mercredi, alors que le débat fait rage sur l'opportunité pour Israël d'attaquer l'Iran seul.




Tel Aviv dévoile ses batteries. Malgré les quelques réticences de Washington, il est prêt à attaquer un pays qui, quoiqu'il en dise, ne le menace pas. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne se défendrait pas.

Si une telle situation arrivait, il est évident que la communauté internationale devrait se porter au secours du pays attaqué, l'Iran. Sinon, il s'agirait d'un effondrement de toute la législation internationale. Celle-ci est déjà souvent malmenée, souvent par ces va-t-en-guerre, ou par leurs amis les plus proches.

Si cela arrivait, le Conseil de sécurité deviendrait lui aussi un non-sens. Ainsi que les droits de veto de quelques-uns de ses membres. Il est fort probable que la Russie et la Chine se lèveraient pour défendre Téhéran. Et si la France avait encore la grandeur internationale qu'elle avait démontrée par sa position contre la guerre en Irak, elle aussi se positionnerait positivement pour défendre le pays attaqué.

Mais désormais, le Quai d'Orsay n'est plus qu'une vieille voie de garage oubliée, qui s'agite vainement alors que la tête de l'État est parmi les plus enragés des agresseurs. Il est vrai que désormais c'est un philosophe qui se prend pour l'expert ès Relations Internationales, un homme qui ne paraît pas très objectif dans ses prises de position, ni très avisé. Nos relations avec le monde se décident, semble-t-il, chez une madame Clinton qui paraît emplie de haine pour qui n'est pas à plat ventre devant les diktats de l'axe Tel Aviv-Washington.

C'est bien entendu inadmissible. Rien que pour cette question extérieure, le gouvernement renie toute notre Histoire et devrait subir le courroux du Peuple. Quant à la politique intérieure et la politique économique, c'est encore pire.


Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire