Rechercher dans ce blog

mardi 7 août 2012

Standard Chartered chute en Bourse après son injonction aux USA (Reuters)

Wall Street, Manhattan, New York (USA)
Reuters le 07-08-2012 à 12h15

HONG KONG/LONDRES (Reuters) - L'action Standard Chartered chute mardi après que le régulateur bancaire de New York a menacé de retirer sa licence bancaire à la banque britannique en raison de soupçons de relations d'affaires dissimulées avec le régime iranien.
A la Bourse de Londres, l'action Standard Chartered décrochait de 21,5% à 1.153 pence à 09h30 GMT, pesant sur l'indice Footsie 100 des valeurs vedettes, qui cédait 0,26%. Egalement coté à Hong Kong, le titre StanChart a chuté de 14,89% dans de gros volumes.

 Le Département des services financiers (DFS) de l'Etat de New York a fait savoir lundi qu'il soupçonnait la banque britannique d'avoir échafaudé un système grâce auquel au moins 250 milliards de dollars de transactions réalisées avec des entités liées au gouvernement iranien ont été camouflées. Dans son injonction, le DFS somme la banque de s'expliquer en menaçant de lui retirer sa licence bancaire à New York.




Après tout, beaucoup de banques des USA devraient également être condamnées, pour continuer à faire des affaires avec un pays qui n'accepte pas de convenir qu'il possède en nombres des armes nucléaires, en faisant un danger pour tout le proche-orient. Le gouvernement des États-Unis d'Amérique lui-même devrait écoper de sanctions similaires,  pour laisser faire ce trafic, et pour subventionner grassement ce pays hors-la-loi selon les règles internationales et selon l'AIEA, qui n'a jamais obtenu l'autorisation d'inspecter les installation militaro-nucléaires de ce pays.

On ne parle même pas, ici, du danger que fait courir ce pays pour beaucoup de citoyens du monde, qui se retrouvent trucidés quelque part pour avoir gêné ce gouvernement aux mœurs sanguinaires et aux procédés plus que contestables. Il est vrai que le gouvernement US s'en est inspiré, pour s'attaquer "légalement" ou non à de nombreuses personnes, y compris des citoyens des USA, au mépris des droits des gens.

Il est vrai que même dans la patrie dite des droits de l'homme, des affaires particulièrement vicieuses se sont déroulées par contagion, comme à Tarnac, ou chez Mohamed Merah à Toulouse.

Il est temps que le grand public prenne conscience de l'environnement devenu particulièrement sordide, partial et digne des pires dictatures, où il est contraint de vivre désormais.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire