Rechercher dans ce blog

lundi 3 décembre 2012

Notre-Dame des Landes : Vers l'assaut final de l'ex-maire de Nantes ?

Le préfet, ou son supérieur de la place Bauveau, ou son supérieur de la rue de Rivoli, n'a pas l'air beau joueur. Il cherche l'épreuve de force contre des ZADistes désarmés, mais déterminés et de plus en plus nombreux. Aurait-il peur de perdre ?

En tout cas, voici ce qu'annonce (extrait) le journal 7Seizh


Les rumeurs vont bon train autour de Notre-Dame-des-Landes depuis deux jours. En effet, vendredi 30 novembre le préfet a pris un « arrêté portant interdiction temporaire de transport de carburant » sur le territoire de Notre-Dame-des-Landes et de Vigneux-de-Bretagne. A cela sont venues s’ajouter les rumeurs de familles de gendarmes annonçant qu’une opération d’assaut sur la zone squattée était envisagée après le 5, et il n’en faut pas plus pour mieux comprendre une interdiction unique du 3 au 10 décembre. (voir le document). Un second arrêté portant interdiction temporaire de transport d’explosifs, produits inflammables, feux d’artifice a été pris le même jour (voir le document)

Après une semaine d’effets d’annonces de la part du premier ministre Ayrault, la discussion ne prend pas le même sens partout.



Tout de suite, une remarque. Si les forces de la Force attaquent avec des explosifs, qu'elles auront amenées au préalable, elles seront en contravention avec cet arrêté. Les citoyens auront donc tout loisir pour les arrêter, et les juger au tribunal du Peuple.

Autre remarque. Muré dans sa tour d'ivoire, le (premier ministre) n'a pas encore compris que ses caprices, çà commence à bien faire. Tout le territoire français, et cela déborde au-delà des frontières, est convaincu que ce Grand Projet Inutile Imposé, mais aussi d'autres du même genre, sont complètement irréalistes en période de grave récession économique.

Dans quelle langue faut-il le dire ? Des médecins, des enseignants, des infirmier(e)s, des postiers, mais pas des avions. Et pas des pouvoirs publics réduits à employer la force pour imposer la volonté d'intérêts privés.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire