Rechercher dans ce blog

samedi 8 décembre 2012

Lettre à Jean-Marc Ayrault à propos de Notre-Dame des Landes

Monsieur Jean-Marc AYRAULT
Premier Ministre
57, rue de Varenne
75007 PARIS


Orvault, le 8 décembre 2012

OBJET : projet d'aéroport nouveau à Notre-Dame des Landes


Monsieur le Premier Ministre,

Sans doute les personnes sur le terrain, et au premier chef le Préfet de région, vous ont-elles averti de certaines évidences, qui peut-être pour vous ne l'étaient pas quand vous avez repris à votre compte ce vieux projet.

L'aéroport actuel de Bouguenais ne fermera pas complètement, en raison d'Airbus Industries. Pour le pérenniser, il suffit de changer la direction de la piste, et d'accroître le nombre de parkings avions. C'est incommensurablement moins cher qu'une nouvelle structure, surtout en pleine zone humide, et loin de Nantes. Peut-être cela contrecarrerait-il certains projets immobiliers... mais on n'est pas là pour favoriser des multinationales. Et en tout état de cause, Notre-Dame des Landes serait bien un aéroport nouveau.

Les défenseurs de la zone concernée, près de Notre-Dame des Landes, ne lâcheront pas. Même les gendarmes mobiles amenés à foison sur le site en sont conscients. C'est aussi vrai que pour la controversée ligne Très Haute Tension Manche-Mayenne, qui risque fort de ne servir à rien si, comme les choses tournent, l'EPR ne réussit pas à être mis en service, même au prix d'un triplement des coûts. Pourquoi donc persister à amener toujours plus de forces venant de toute la France, avec la logistique que cela représente, si c'est... pour rien ? Quelqu'un paiera la note, ce seront les contribuables. Ils s'en souviendront.
Cela aussi interpelle : une zone avait réussi à rester vierge de spéculations immobilières, ce qui la rendait d'autant plus attrayante en tant que source d'excellents produits laitiers et maraîchers, et renforçait son rôle bénéfique de création d'une nappe phréatique abondante et de qualité pour... les Nantais. Vous tenez donc tant à détruire ces richesses ?

Sans doute le savez-vous, mais ne voulez pas en tenir compte. L'aéroport actuel est suffisant, et sauf si soudain le nombre de personnes capables financièrement de prendre l'avion grandit de manière vraiment significative - en période de récession économique à long terme ce serait plus qu'étonnant - il restera plus que suffisant. Vous connaissez les aéroports d'Angoulême-Champniers, de Madrid-Ciudad Real... voudriez-vous ajouter votre projet à ces réalisations ? Ce ne serait pas très intéressant. Après tout, de la gare de Nantes à Roissy, il ne faut que trois heures sans changer de train. S'il faut une heure en voiture pour aller du même endroit à une place de parking payant du côté du lieudit actuel Les Domaines, puisque la liaison ferrée éventuelle n'est pas pour tout de suite, les voyageurs éventuels y regarderont à deux fois. De ce fait, les compagnies lowcost, bien que largement subventionnées grâce à nos impôts, hésiteront à s'y installer. Il y aura moins de vols qu'actuellement à Bouguenais.

Bien entendu, il faudrait pour avoir le droit d'installer cette nouvelle structure avoir réalisé préalablement les travaux liés aux contraintes de la loi sur l'eau, sans compter les autres recours actuellement en suspens. Bien des frais en perspective, en somme, et pas de certitudes concernant les résultats.

A la lueur de ces quelques arguments, vous conviendrez bien avec moi que ce projet est bien mal parti : il est encore temps de faire machine arrière ! Sans doute la multinationale demandera-t-elle une compensation, à une affaire qui jusqu'à présent ne lui a pas coûté bien cher, mais face à ce gouffre cela ne peut être que peu de chose.

En tant que citoyen concerné par tous les sujets politiques (les vrais, pas ceux de la politique politicienne), je vous réitère mon avertissement,

Et vous prie d'agréer, Monsieur le Premier Ministre, l'expression de ma considération distinguée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire