Rechercher dans ce blog

dimanche 6 mai 2012

Mélenchon, future cible de Washington, Londres, Rome...


Mélenchon contre l'OTAN. Pour un retour à l'état antérieur, ou pour un retrait total pur et simple ? Il ne l'a pas précisé, mais ce simple discours du Capitole dérange déjà un autre Capitole, situé sur la colline du même nom.

Mélenchon pour une fin de vie enfin décidée par le principal intéressé, et non selon la volonté du corps médical et des pontes du Vatican (autre colline) : voilà encore un argument qui dérange la bien-pensance et le consensus toujours présent sous la poigne de fer de quelques has been.

Mélenchon décidé à dénoncer le Concordat. Voilà une volonté qui le "réconciliera" définitivement avec une certaine hiérarchie religieuse et politique, pour laquelle la chose était solidement acquise : c'était pourtant une déchirure dans la notion fondamentale d'égalité inscrite tout en tête de la Constitution.

Mélenchon pour un retour de la France révolutionnaire, celle qui chantait "les sans-patrie sont français !", Mélenchon qui tend les deux bras à nos frères du Maghreb : horreur, qui oserait apporter ainsi du sang impur à nos sillons, va hurler le chœur des vierges effarouchées d'un certain milieu un peu putride !

Mélenchon proche des femmes, auxquelles il veut enfin apporter la vraie égalité, la vraie liberté de leur corps, de leur conscience, de leur droit à être à la fois vraiment femmes (et non d'improbables viragos), et actrices à part entière de la vie nationale : haro sur celui qui bouscule le machisme et les vieux préjugés des mâles, sur celui qui pourchasse la relation dominant-dominé aussi bien dans le secret des logements, que dans celui des entreprises et administrations.

Mélenchon, chasseur des évadés fiscaux, des patrons du CAC40 et assimilés, au compte en banque critiquable pour sa provenance et son indécence : lui n'a pas prêté allégeance à Londres. Lui est décidé à poursuivre la lutte : on peut craindre qu'elle ne soit âpre, violente même tant il s'agit de toucher là aux Maîtres du monde.

Dès à présent, bien que ses projets soient largement appréciés et endossés par une fraction de plus en plus large et de plus en plus éclairée du Peuple, Jean-Luc Mélenchon est une cible. Qui ne se souvient de Coluche, pourtant moins dangereux pour l'Establishment ? "Putain de camion !" sortant à vive allure d'un chemin sur une route fermée par la gendarmerie, et se dirigeant droit sur un groupe de motards. Pas de chance, il est resté deux témoins.

Mélenchon, ce doit être désormais chacun d'entre nous, les citoyens. S'il arrive un malheur "par hasard", que dix, vingt, cent, un million assurent la relève.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire