Rechercher dans ce blog

mercredi 1 juin 2016

"Comment la Russie se prépare à la Troisième Guerre mondiale", assure Le Saker Francophone

Bonjour.

Il est probablement bénéfique de lire un tel article. Cela fait du bien au moral. Les rodomontades des civils du Pentagone, servilement relayés par les politiciens de Cour européens, se brisent sur la certitude de deux évidences :

- la Russie n'est en RIEN agressive, bien que des propagandistes stupides et dangereux fassent tout pour le faire croire.

- la Russie s'est donné les atouts pour riposter contre toute vraie agression, y compris en détruisant ceux mêmes qui la conspuent, "l'asticotent" comme de débiles cabots braillards. Le "sanctuaire" étatsunien, jamais atteint par des agents de l'extérieur, volerait en éclats, et Washington en premier probablement.

Voici donc cet article, ou tout au moins son début.

bab


Comment la Russie se prépare à la Troisième Guerre mondiale

How Russia is preparing for WWIII



Saker US

Par The Saker – Le 26 mai 2015 – Source thesaker.is

J’ai récemment publié un article dans lequel j’ai essayé de discréditer quelques mythes populaires au sujet de la guerre moderne. A en juger par de nombreux commentaires reçus en réponse à ce texte, je dois dire que les mythes en question sont encore bien vivaces et que j’ai clairement échoué à convaincre de nombreux lecteurs. Ce que je propose de faire aujourd’hui, est de regarder ce que la Russie est vraiment en train de faire, en réponse à la menace croissante de l’Occident. Mais d’abord, je dois définir le contexte ou, plus exactement, re-définir le contexte dans lequel la Russie agit. 

Commençons par examiner les politiques des Anglo-sionistes envers la Russie.

Les actions de l’Ouest

Tout d’abord la première sur la liste est, bien évidemment, la conquête par l’OTAN de toute l’Europe orientale. Je parle de la conquête parce que c’est exactement ce que c’est, mais une conquête réalisée selon les règles de la guerre du XXIe siècle, que je définis ainsi : 80 % d’information, 15% de militaire et 5% d’économie. Oui, je sais, les bonnes gens en l’Europe de l’Est ont tout simplement rêvé d’être subjugués par les États-Unis/OTAN/UE / etc. Et alors ? Quiconque a lu Sun Zi, peut comprendre immédiatement que ce désir profond d’être incorporé dans la race anglo-sioniste des Borg de Star Trek, n’est rien d’autre que le résultat d’une identité écrasée, un complexe d’infériorité profond et, par conséquent, une capitulation qui n’a même pas besoin d’être induite par des moyens militaires. Tous comptes faits, peu importe ce que les gens pensaient du but qu’ils atteindraient – ils sont maintenant sujets de l’Empire et leurs pays sont des colonies plus ou moins pertinentes à la frange de l’Empire anglo-sioniste. Comme toujours, l’élite compradore locale se rengorge maintenant avec fierté d’être – croit-elle – acceptée comme égale par ses nouveaux maîtres (pensez à Porochenko, Tusk ou Grybauskaite), qui lui donnent le courage d’aboyer contre Moscou derrière la palissade de l’OTAN. Grand bien lui fasse…

Deuxièmement, il y a la colonisation maintenant totale de l’Europe occidentale par l’Empire. Alors que l’OTAN avançait à l’Est, les États-Unis ont également pris un contrôle beaucoup plus profond de l’Europe occidentale qui est maintenant administrée, pour le compte de l’Empire, par ce que l’ancien maire de Londres appelait autrefois les «grandes gelées affalées d’invertébrés protoplasmiques» – les bureaucrates anonymes à la François Hollande ou Angela Merkel.

Troisièmement, l’Empire a donné son soutien absolu à des créatures semi-démoniaques, allant de al-Khattab à Nadezhda Savchenko. La politique de l’Ouest est limpide et simple à l’extrême : si la créature est anti-russe, nous la soutenons. Cette politique trouve son meilleur exemple dans la campagne de diabolisation de Poutine et de la Russie, qui est, à mon avis, bien pire et beaucoup plus hystérique que tout ce qu’on a vu pendant la Guerre froide.

Quatrièmement, l’Occident a opéré un certain nombre de mouvements militaires très inquiétants, y compris le déploiement des premiers éléments d’un système anti-missile en Europe de l’Est, l’envoi de divers types de forces de réaction rapide, le déploiement de quelques unités blindées, etc. L’OTAN a maintenant déployé en hâte des postes de commandement qui peuvent être utilisés pour soutenir l’engagement d’une force de réaction rapide.

(pour la suite, comme indiqué, merci de cliquer sur ce lien : bonne lecture !)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire