Rechercher dans ce blog

vendredi 24 octobre 2014

Syrie : une défaite de l'impérialisme qui ridiculise la diplomatie française (commentaire d'article du PRCF)

http://www.initiative-communiste.fr/articles/international/syrie-une-defaite-de-limperialisme-qui-ridiculise-la-diplomatie-francaise/

Cet article du PRCF est bien documenté. Il correspond en tous points à ce que je sais de ce conflit. J'en ai d'ailleurs souvent débattu avec des amis, y compris certains qui n'avaient pas les mêmes positions que moi.

Pour résumer, aussi longtemps qu'un gouvernement est prêt à plier le genou face à l'Axe Washington-Tel Aviv, il reste en place, quelles que puissent être ses exactions, sa violence à l'égard des populations du pays, la religion de ses principaux dirigeants, etc.

S'il refuse de n'être qu'un pantin servile à l'Axe, et quelles que soient ses qualités, il doit s'attendre à être la cible de campagnes de dénigrement sordides, d'attentats, voire d'interventions armées.

Ce fut vrai pour Saddam Hussein, qui au départ malgré un régime baassiste sévère était le bras armé de Washington contre l'Iran, par exemple. Dès qu'il s'est rebellé, les dirigeants ont été massacrés, le pays entier livré au pillage et détruit.

Ce fut vrai pour Laurent Gbagbo, plus assez souple envers "les Occidentaux", remplacé presto par une créature de ces Occidentaux, l'ignoble Ouattara. Il a de la "chance" : il est encore vivant.

Ce fut vrai pour Mouammar Kadhafi, bienfaiteur de la Libye, et résolu à créer une monnaie africaine indépendante du dollar, du franc CFA.... Assassiné par un agent des services français, il a eu là aussi son pays livré au pillage.

Ce fut vrai, antérieurement ou non, pour Lumumba, pour Allende, pour Milosevich, pour Hailé Sélassié, pour Sankara, pour Ben Barka, pour Chavéz - mais le gouvernement a résisté même sans lui- ou pour tant d'autres qu'on les oublie.

Actuellement, c'est dont le gouvernement baassiste, laïque, de la Syrie, qui encourt les foudres des guignols de Washington et ailleurs (y compris Quaidorsay-sur-Seine). Mais le canevas est toujours le même. Quand cela va-t-il s'arrêter ? Et nul doute que des assassins potentiels sont déjà en place en France, pour le cas où elle adopterait un régime moins favorable (ô euphémisme) aux sanguinaires de Pennsylvania Avenue.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire