Rechercher dans ce blog

Chargement...

samedi 28 juillet 2012

Le Terrorisme de l'Axe Washington-Londres-Paris-Tel Aviv-Riyad-Doha




Rien n'a changé - rapacité, sang, malheur
Damas est en train de gagner son pari : malgré les méthodes discutables du parti au pouvoir depuis sa création, ou presque, en 1944, les tentatives des terroristes armés et transportés par les "neutres" (!) comme se considèrent les caputales "occidentales" semblent marquer le pas. L'invasion illégitime est désormais tellement évidente, malgré les efforts pour cacher la vérité du terrain, que la poursuite de l'offensive est devenue plus difficile.

En parallèle, l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme, de Rami Abdulrahman, perd en crédibilité, enfin ! après avoir abreuvé avec abondance tous les médias occidentaux depuis Coventry (oui, en pleine Grande-Bretagne!) de ses élucubrations la plupart du temps démenties par d'autres sources. On a déjà connu des manipulations de ce genre. Ce n'est pas pour autant que d'autres journalistes, des vrais, ceux-là, pourront apporter leurs lumières : par des manœuvres dilatoires ils seront écartés sous prétexte d'antisionisme, de conspirationnisme, de confusionnisme (je n'invente pas ces mots à l'allure barbare), ou parce que, horreur ! ils ont contesté les conclusions officielles de la commission sur le Nine Eleven. Je pense bien sûr à Thierry Meyssan, à Silvia Cattori qui avait fait l'honneur de son amitié à mon ancien "complice" le créateur de Dazibaoueb...

Il existe donc aujourd'hui un Axe "objectif" entre non des citoyens, mais des capitales aux objectifs plus ou moins communs (de gré ou de force?) qui œuvrent dans le même sens comme déjà en 1956 à propos du canal de Suez. Un ami dont le père travaillait alors comme responsable au Canal s'est retrouvé ainsi pris sous les bombardements, et son meilleur ami, tué. La rapacité n'a pas changé, comme lors du renversement de Mossadegh en Iran, en 1953. Ou lors de la Nakba, où les Palestiniens furent arrachés de leurs terres et exilés par le même consortium en 1948. Les acteurs mis en avant ne sont pas les mêmes, mais le but étant grosso modo identique, c'est l'ensemble des conjurés qui est à montrer du doigt.

De nos jours, rien n'a changé. De révolutions européennes ou arabes consciencieusement muselées, détournées, habillées de jolis noms pour faire passer la pilule, à des actions plus directes comme en Irak, tout l'accent est mis sur la prise en main par le consortium de ses intérêts, qui n'ont rien à voir avec ceux du peuple, des peuples. Pour l'Irak, pourtant, un président français a osé s'élever contre les conjurés, sous les applaudissements du monde libre (le vrai, pas celui qui s'arroge ce titre). Il est d'ailleurs symptomatique que, concernant l'embargo qui pèse durement sur Cuba, deux gouvernements seulement sont pour, dans le monde entier. L'embargo continue, au mépris de toute démocratie. Ceux qui l'imposent n'en ont que faire, et ce, quelle que soit l'identité des personnes.

Faut-il soulever le fait que, malgré le changement récent de gouvernement dans notre pays, rien n'ait changé au niveau international ? Un certain système perdure, avec de nombreuses personnalités qui préfèrent l'un des partisans de l'embargo cubain à leur propre pays. Il faut appeler cela par son nom : un grave conflit d'intérêts. Eh oui, monsieur le président, je vous désapprouve, vous, et tout votre entourage. Se désengager de cet Axe immonde est une priorité, y compris la sortie d'un organisme de coordination d'attaque (et non de défense) qu'on appelle l'OTAN.

L'Axe est, répétons-le, une entreprise terroriste, qui a pour but d'asservir TOUS les peuples à un lobby mi-financier, mi-idéologique, dégoulinant de religiosité sous différentes formes, mais aussi dégoulinant de tout le sang versé au nom d'Êtres Supérieurs (du moins, se prenant pour tels), seuls aptes à conserver le Pouvoir, l'Argent, le Profit, et même le Salut (dans un contexte de croyances auxquelles la plupart de nos compatriotes n'apportent aucune caution aujourd'hui)

"Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom)
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre "
(La Fontaine - les animaux malades de la peste)

Ce Mal, c'est bien sûr la guerre, idéologique, médiatique, mais aussi sanglante, voire plus subtilement causée par la faim, une faim entretenue chez les plus faibles pour garder un maximum de profit chez quelques privilégiés (dont des miettes pour leurs satrapes locaux).

Quant au Ciel, il habite du côté du N° 800 Pennsylvania Avenue, du côté d'une petite localité nommée Langley, mais aussi en pleine City of London, au Nr 10 Downing Street, au N° 55 rue du Faubourg Saint Honoré, dans quelques immeubles cossus de Tel Aviv, dans les nombreux palais de Riyad... A nous, citoyens, de le déloger de ses casemates dorées.

Attirés par l´odeur du sang
Il en vint des mille et des cents
Faire carouss´, liesse et bombance
Dans ce foutu pays de France
Jusqu´à c´que les hommes aient retrouvé
L´amour et la fraternité....
( Serge Reggiani - Les Loups)

En avant, sortons des canapés où trop de nos frères s'avachissent sous l'hypnose du petit écran, et regardons autour de nous. Sonnons le réveil. Boutons ces dangereux carnivores hors de leurs palais, portons les uns sur les autres un regard oublié. Combattons tous les racismes, qu'ils se nomment machisme, sionisme, xénophobie ou intolérance.


(on notera ce qui peut passer pour une coquille : ce n'en est pas une)

14 commentaires:

  1. Bel article, certes, construit, lyrique, radical. Mais je reste bien sûr sur mon opinion critique (voir commentaires sur l'article précédent et d'ailleurs d'autres): tu vois une face - géostratégique - de cette réalité de guerres imposées à des peuples, mais pas l'autre : l'activisme libératoire de résistants qui ne sont pas vautrés sur le canapé. Ce sont eux qui inventent l'avenir, eux qu'il faut écouter et soutenir, pas les propagandes d'états dictatoriaux comme celui de Syrie !
    Quant à l'allusion à "ton ami de 1952 au canal de Suez" (puisqu'il s'agit de moi), je te laisse la responsabilité de la citer ici ainsi. Pour moi, j'y vois l'accroche à écouter les résistants, d'abord...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu un papier assez éclairant il y a quelques jours sur un site dont j'ai hélas oublié le nom, qui analysait le nerf de la guerre : l'accès au gaz (gisement gazier énorme trouvé au large de la Syrie/Israël etc, en Méditerranée), ainsi que le passage des oléoducs alimentant l'extrême Orient, maintenant très consommateur en énergies fossiles. D'un côté, le projet amerlocain "Nabucco" lequel devrait passer par la Turquie... (avec pour pays "amis" : le Qatar, l'Arabie Saoudite entre autres)... De l'autre, la Russie mais aussi la Chine qui voudraient bien que le pétrole russe transite par la Syrie justement... via l'Iran.
    D'où les axes... mais le peuple syrien ne préoccupe guère ni les belligérants, ni les manipulateurs de ficelles, derrière, qui arment les combattants des deux côtés.

    RépondreSupprimer
  3. Dommage que les opposants qui attaquent aux armes lourdes se révèlent libyens, turcs ou qataris. Des vrais, il y en a pourtant : où sont-ils ?

    RépondreSupprimer
  4. Article qui confirme que les pays de l'OPEP cherchent d'autres débouchés extrême-orientaux :
    http://www.legrandsoir.info/independance-energetique-des-etats-unis-disparition-de-l-opep-la-nouvelle-donne.html

    RépondreSupprimer
  5. Sinon, Babel, on pourrait aussi se poser la question : qui fournit les armes lourdes ?

    RépondreSupprimer
  6. Une chose est certaine, Clo : si c'était du matériel russe, on l'aurait su.

    Ou du matos français, par gloriole quelqu'un n'aurait pu s'empêcher de le révéler.

    C'est probablement estampillé Raytheon, ils s'y connaissent en canons. J'attends le démenti.... Il faut bien écouler les stocks, c'est tout ce qui reste aux USA à exporter, avec les poisons de Monsanto ou Pfizer. Même leurs Aïe-Pad et autres sont fabriqués en Chine.

    RépondreSupprimer
  7. Vos échanges de commentaires, clomani et babel, sont certes importants. Mais - sans verser dans le sentimentalisme! - le plus important reste la très longue histoire des résistances populaires au régime fasciste syrien, un "ras le bol" enfin important grâce au contexte du "printemps arabe" !
    Le Grand Soir, pire que babel, donne dans le schématisme uniquement anti-US. Quitte à employer un autre schéma, voilà :

    Alep (vraie capitale, économique, du pays) risque un massacre du genre de celui de la Commune de Paris, avec Assad dans le rôle de Thiers et Bismark dans le rôle impérialiste extérieur.
    "La Commune n'est pas morte !", Alep non plus! Hasta la vittoria !

    RépondreSupprimer
  8. Schématisme anti-US, Rem* ? Il s'agit de dénoncer le plus fort, le plus critiquable, le plus assassin tous azimuts.

    Ce n'est pas pour autant que les autres sont "tout blancs", bien entendu. Je constate seulement que dans cette affaire, comme en Libye, comme en Irak, comme en Tchétchénie, comme en Colombie, comme en Côte d'Ivoire, comme en Biélorussie, comme en Russie, comme aux USA, le peuple n'est jamais écouté et on ne lui donne jamais l'occasion d'avoir la parole.

    Pas d'illusions : même en France, à part sur le Net, qui peut faire entendre sa voix ? La répression est moins vive, mais le silence pesant des médias assourdissants se charge d'étouffer ces pauvres paroles.

    RépondreSupprimer
  9. Michel Collon qui parle du "bon arabe" :
    sur France 3
    en parlant de la Libye...

    RépondreSupprimer
  10. Tiens, la Tchétchénie, parlons-en ! : au delà du petit paravent diplomatique (à l'ONU) de la Russie qui permet à Assad (la clique au pouvoir en fait) de gagner du temps, ce qui l'intéresse surtout c'est la façon si radicale qu'a su utiliser Poutine (la clique russe) pour écraser le peuple tchétchène, genre "L'Ordre règne à Varsovie" du 19°siècle... la terreur par la mort.
    A mon avis, à ta façon, tu n'écoutes pas les "pauvres paroles" des révoltés syriens et trop les médias et pouvoirs russes, dont les propagandes anti-populaires rejoignent de fait celles de l'impérialisme US, tout en se donnant "le beau rôle" !

    Un mot a sauté a la fin de mon précédent commentaire : je voulais écrire
    ..."et POUTINE dans le rôle de Bismark...

    RépondreSupprimer
  11. Merci Clo. CQFD. Les médias trompent ceux qui les regardent, les écoutent, les lisent. Et bien entendu c'est encore vrai pour la Syrie ou l'Iran, ou tout pays qui n'a pa l'heur de plaire à "la communauté internationale", ce groupe de régimes qui se prend pour TOUT,ce fameux AXE mafieux basé sur le Pouvoir de l'Argent et de la Religion érigée en dictature. Je mets sur le même plan exactement les groupements d'intérêts "protestants" type baptistes ou autres, les extrémismes Wahhabistes ou autres, les extrémismes sionistes et le catholicisme militant type Opus Dei. Ils sont alliés objectifs, leur analogie avec les différentes mafias n'est pas une coïncidence fortuite.

    RépondreSupprimer
  12. Rem*, je suis d'accord à propos des opposants syriens : il y en a, mais ce ne sont pas eux qui ont le droit de parler aux médias occidentaux. Je pense, j'espère que nous sommes d'accord là-dessus. Michel Collon a été assez clair : les médias nous trompent TOUJOURS.

    RépondreSupprimer
  13. Poutine s'est servi de la rébellion tchétchène et l'a instrumentalisée pour asseoir son tout petit pouvoir... Il a surfé sur le racisme classique des Russes à l'égard des peuples des autres républiques...
    Dézingué une salle entière de l'opéra lorsqu'il y a eu cette prise d'otages à l'opéra de Moscou, pour bien se faire mousser... Envoyé ses jeunes trouffions se faire égorger en Tchétchénie, a écrasé ces salopards de bazanés qui avaient du pétrole et ne voulaient pas le donner à la Russie.
    On le sait ça. Mais encore une fois, qui donnerait sa bénédiction à Poutine ? En ce qui me concerne, je n'ai pas envie de prendre parti pour les uns ou pour les autres... j'ai juste du mal à distinguer le vrai du faux dans toutes ces histoires qu'on nous raconte sur la Syrie.
    En passant, j'ai croisé hier un papier sur le vrai état dans lequel se retrouve la Libye actuellement, que j'aurais dû poser ici sauf que... je ne sais plus où je l'ai lu ;o((.

    RépondreSupprimer
  14. Le journaliste français (photographe) Torres, qu'on annonçait hier blessé et évacué en Turquie vient de dire qu'il n'avait pas été blessé ni évacué...
    Erreur sur la personne...
    Pourtant, c'était annoncé par tous les media hier...

    RépondreSupprimer