Rechercher dans ce blog

mardi 14 août 2018

80 : la route de la honte

Eh le gouvernement !

Certainement avez-vous des idées bien précises pour ramener à 80 Km/h la vitesse sur la plupart des routes françaises. Certainement ces idées n'ont-elles absolument aucun rapport avec les raisons alléguées par cet organisme bizarre nommé "la Prévention Routière" (association loi 1901), trop souvent d'accord avec "la sécurité routière", simple sous-service du sinistère de l'intérieur.

Celui-ci a décidé de baisser la vitesse maximale, en dépit du bon sens. Cela va occasionner divers comportements et conséquences.

¤ Sur beaucoup de véhicules désormais, les conducteurs n'accéderont plus au rapport de vitesses le plus important que sur autoroutes. Sinon ils seront en sous-vitesse, ce qui abîme le moteur, et rend dangereux les dépassements. Vous avez déjà dépassé un tracteur fonçant à 50 à l'heure, avec sa remorque pleine de paille ou de foin ? Pour le faire "en sécurité", il faut le faire vite, avec une bonne accélération permettant de se rabattre tout aussi vite sans pour autant faire une queue de poisson.

¤ En revanche, sur certains trajets longs, peu fréquentés, "peinards", la tendance à s'assoupir au volant sera encore plus prégnante. Seconde raison pour que les accidents, au lieu de diminuer, augmentent.

¤ Certains conducteurs, malgré le coût du péage, privilégieront davantage de trajets sur autoroutes, pour le plus grand bonheur des voleurs (les compagnies d'autoroutes engrangent les revenus de routes construites avec NOS impôts). Voleurs qui le sont devenus grâce à qui ? Au gouvernement, bien sûr, garant du Bien Public.

¤ Un peu moins sollicitées, les routes départementales verront là un beau prétexte pour encore baisser les dotations des départements, donc les réparations de ces routes : troisième cause de nouveaux accidents. Pas de difficultés, l'argent ira aux privilégiés, car bien entendu les impôts ne baisseront pas pour autant.

Quand allons-nous en finir ? L'État est l'émanation du Peuple, et au service de celui-ci : pas l'inverse ! Si l'État se fourvoie, changeons l'État.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire