Rechercher dans ce blog

vendredi 29 juin 2018

La serrure Syrie fera-t-elle trébucher les anglo-saxons ?

La Syrie est un point important dans la politique mondiale, parce tout simplement elle est placée là. Le plan Sykes-Picot de 1916 a créé le problème tel qu'il existe aujourd'hui, en démembrant l'empire ottoman. On notera que ce sont les Anglais qui en sont la source, ils savaient ce qu'ils faisaient, et comptaient bien manœuvrer tout le monde à leur avantage. Rien n'a changé, même si apparemment c'est Washington qui paraît avoir pris le pas sur Londres. Les puissances maritimes (les USA se considèrent comme une île) continuent à semer leurs graines de désordre et de menaces de guerre, comme ils l'avaient fait en 1898 (c'est encore plus ancien) à Fachoda, village situé aujourd'hui au Sud-Soudan. A l'époque c'était Cecil Rhodes qui "menait le bal". Les Anglo-saxons veulent régner sur les mers pour régner sur tout le reste.

Aujourd'hui, enfin, il semble qu'ils soient en perte de vitesse, mais rien n'est joué encore. Pour eux un accord ne vaut que le temps où il est à leur avantage : s'il ne l'est plus, l'accord est vain, et ils n'en tiennent pas compte.  Ils ne le diront pas, ils agiront. J'ai découvert une série de manœuvres terribles qui sont de leur fait, où ils ont fait en sorte que le monde se déchire devant leurs yeux. C'est là.  A "déguster" à petites doses. Article par article.

L'Afrique n'est que l'un de leurs champs de manœuvres, où ils sont moins omnipotents qu'ailleurs. L'Asie du Sud-Ouest en est un autre. Je ne parle pas de l'Europe, où ils sont en pays conquis (et même pas "comme" en pays conquis).

Comment ces choses peut-elles perdurer ainsi ? J'y ai réfléchi, et je pense que leur système éducatif en est la cause. Toujours paradoxal d'ailleurs. Ainsi ce qu'en Grande Bretagne on appelle les Public Schools, ce sont les écoles privées. Celles-ci prennent les éléments humains qui leur paraissent bénéfiques, et par un subtil (!) mélange de brutalités et de perversions, façonnent les fourbes de demain. Ce n'est pas anodin, si le film "If....." de 1968 n'est plus accessible qu'en anglais. Il démontait le système éducatif de haut de gamme avec brio, et ce n'était pas beau à voir.

Il est d'ailleurs curieux qu'une chanson serve de leitmotiv dans ce film : c'est un extrait de la "Missa Luba" chanté par des enfants du Congo ex-belge, que l'acteur principal remet toujours sur son tourne-disque de l'époque.




Je pense que les "universités" de la Ivy League, Yale en tête,  ont repris aux États-Unis cette façon éducative (sic) complétée par leurs sociétés secrètes : la Skulls and Bones est célèbre. Pas forcément en bien !

Nous sommes loin de la Syrie, et pourtant, non. C'est dans ces écoles brutales que renaît chaque année un certain état d'esprit néfaste pour le monde entier, et la Syrie est une des clés de ce monde.

dimanche 10 juin 2018

La France des valeurs ? Quelles valeurs ?

La France est avant tout sa langue, elle s'est construite en même temps que celle-ci. Les politiciens (TOUS les politiciens)  se gardent bien de le rappeler.

C'est le cas pour tous les pays, d'ailleurs.  Les valeurs sont intimement liées à la manière d'en exprimer l'essence. Il ne s'agit bien entendu pas de monnaie, d'argent, de commerce, encore moins de finance, sauf, et c'est important, pour les anglo-saxons en particulier d'Amérique du Nord, pour qui justement les seules valeurs sont celles qui ont une connotation liées à la possession, et non à l'être.

A partir de ces valeurs faussées, ceux-là ont bâti un monde où ils veulent englober tous les autres, DE GRÉ, ou DE FORCE. Ils ne "brillent" que sur ces critères-là, alors forcément...

Oui, la France a des valeurs, des PRINCIPES. Ces principes s'expriment EN FRANÇAIS, et pas autrement. Ce n'est pas d'hier.




Quiconque va contre cette base essentiel est un traître, un assassin de civilisation, un criminel contre l'humanité. Car tuer UNE langue au bénéfice d'une autre qui veut régner à sa place, c'est les tuer toutes.  De même que, comme cité dans ce journal, « défendre une langue, c'est défendre toutes les langues ».

Le Globiche, ce parler monstrueux, très approximatif, qui se présente comme une langue anglaise authentique, ressemble à celle de Shakespeare et de Lord Byron comme une compression de César ressemble à un vase de Sèvres. Il ne s'agit bien entendu pas de dénigrer César, mais de démontrer combien c'est différent.

Il va donc falloir prendre parti. On ne peut pas ne pas prendre parti, sauf à se traiter de lâche chaque matin devant son miroir, dès que l'on a ENTENDU que l'engagement a un sens.

¤ SOIT chacun s'applique à refuser d'employer tous ces mots nouveaux et souvent incompréhensibles, qui fleurissent sur les publicités, les devantures, dans la bouche des « journalistes »,  des commentateurs, des animateurs, des politiciens, des autoproclamés philosophes de tous poils

¤ SOIT le « bon peuple » endormi, vaincu, résigné, anéanti répète ces mots incompréhensibles, nés d'autres “valeurs” basés sur la finance et le juridisme anglo-saxon. Oh oui,, de plus ces mots-là, “cela fait moderne, tout le monde (ah bon ?) les utilise, et tout va bien”.

Les “valeurs” anglo-saxonnes sont ce qu'elles sont, mais ce ne sont pas les nôtres. Le système judiciaire de même provenance est le plus souvent en opposition avec le nôtre, c'est très grave. Si on l'accepte, on accepte d'être dominé par celui-ci, parce que "les autres" n'auront aucun scrupule pour s'en servir dans ce sens. Fini le Code, bonjour la jurisprudence permanente où le plus riche gagne toujours !

Bien entendu, la seule façon de vraiment s'en sortir est de quitter l'union européenne, que le Peuple Français a refusée le 29 mai 2005, et qu'un coup d'État nous a imposée un peu plus tard. Par ce fait même de coup d'État, il n'est même pas nécessaire de chercher des arguties juridiques : les conventions internationales le permettent de plein droit et sans retard. Surtout que personne ne sorte l'article 50 d'un TUE qui pour nous français ne compte absolument pas.

Il suffira (mais ce ne sera pas si facile)  de mettre dehors cette camarilla de politiciens véreux, de financiers malpropres, et autres comparses, pour que le Peuple Français reprenne la main sur ses institutions, monnaie et budget en tête bien sûr. Au début il y aura quelques tâtonnements même si des idées sont déjà fermement rédigées et développées.

Vive la langue française ! Vive le retour de la prééminence du Peuple, qui exista du 10 août 1792 au 30 juillet 1794.

N.B.
Il ne s'agit pas là de la polémique à propos de ce que les politiciens appellent "l'invasion des gens de couleur", parce que cette "invasion" est organisée à  prix d'or par quelques milliardaires pour désorganiser le Peuple, le rendre malléable. L'empêcher de prendre conscience des vraies données.  Tous les médias (possédés eux aussi par des milliardaires) pousseront dans ce sens.  Cela implique qu'il ne faut pas se tromper d'ENNEMI.

mardi 29 mai 2018

Défendre notre pays contre la marée du (faux) anglais partout

Nous relayons l'appel de nos amis de l'Afrav (association Francophonie Avenir)

L'Affaire “Let's Grau” en appel !

Le maire du Grau-du-Roi a décidé de faire appel du jugement rendu le 16 mars 2018 par le Tribunal administratif de Nîmes. Dans cette affaire nous étions opposés à lui au sujet de la marque ombrelle  “Let's Grau”, une marque à caractère anglophone, comme on peut le constater, une marque que Monsieur le maire a lancée pour donner une image plus marchande à sa ville.
Quoi qu'il en soit, grâce à nous, la langue française a gagné au Grau-du-Roi, mais, force est de constater cependant, que le maire de la ville, M. Robert Crauste, n'est pas content, car il fait appel du jugement !
Mais dans quel monde vivons-nous, où il faut aller en justice pour défendre sa langue dans son propre pays et, qui plus est, lorsque la justice vous donne raison, subir une contre-attaque de ceux qui ne l'ont pas respectée ?
Cela dit, aller en Appel à la cour administrative d'appel - pour nous, c'est celle de Marseille - oblige les parties à se faire représenter chacune par un avocat.
Pour l'Afrav, il en coûtera 4200 € en frais d'avocat. Cette somme représente deux audiences de jugement : une audience de jugement pour une demande de sursis à exécution (1800 €), une audience pour rejuger l'affaire sur le fond (2400 €).
Il est bien évident que de telles sommes d'argent représentent un effort financier hors de portée pour notre association et le caractère d'urgence de l'appel nous empêche, hélas, de demander une aide juridictionnelle.
Nous avions alors deux choix : soit abandonner, soit continuer. Et nous avons choisi de continuer, car nous serions des Résistants de pacotille, si pour un problème d'argent, nous refusions de monter au front. S'il faut mourir, autant que ce soit en ayant livré bataille !
Sylvie, notre trésorière, a eu l'idée de mettre en ligne un appel aux dons. Elle a trouvé un site dédié pour cela, il s'appelle : Pot Commun, un des rares sites de collecte d'argent en ligne qui se nomme en français. Bravo à eux et à Sylvie de l'avoir choisi !
Ainsi, nous allons lancer un appel aux dons à travers le réseau, mais également, bien sûr, auprès de nos adhérents, de nos amis et sympathisants.
La personne qui versera de l'argent dans notre cagnotte, aura, à la fin du procès en appel, deux possibilités, selon que nous aurons gagné ou perdu le procès : 
A - Soit, nous gagnons le procès en appel, et le juge ordonne à la partie adverse de nous rembourser nos frais d'avocat, alors la personne qui aura versé de l'argent à notre cagnotte, aura deux possibilités :
1/ elle désire être remboursée, alors nous lui restituerons la somme qu'elle nous aura prêtée pour financer le procès en appel ;
2/ elle désire laisser son versement à l'Afrav, alors l'Association considérera son versement à la cagnotte comme un don effectif à l'association, et le donateur recevra en échange un récépissé de don pour déduction d'impôt (Rappel : Le Ministère de l’Économie accorde une réduction sur l'impôt à payer, de 66% des sommes déclarées en don, cela dans la limite de 20% du revenu imposable de votre foyer. Exemple, pour un don de 100 €, il sera déduit 66 € de votre impôt à payer).
B - Soit, nous perdons le procès en appel, et là, l'argent récolté servira à payer nos frais d'avocat. Le versement de chacun à notre cagnotte sera alors considéré comme un don fait à l'Association, et, par voie de conséquence, le donateur recevra un récépissé de don qui lui vaudra une réduction fiscale, comme expliqué précédemment.

Résumé de l'affaire “ LET'S GRAU ”, du Grau-du-Roi !

Le mardi 29 décembre 2015, dans le journal en ligne de Midi Libre, nous apprenons l'existence de la marque ombrelle "Let's Grau". Ce faisant, pour condamner cette marque non respectueuse de notre langue, nous écrivons un commentaire en ligne, à la suite de cet article. 
- Le journaliste de l'article prend alors contact avec nous et le jeudi 7 janvier 2016, un nouvel article paraît alors dans Midi Libre en ligne expliquant que l'Afrav est prête à aller en justice si le maire du Grau-du-Roi refuse d'abandonner sa marque ombrelle illégale.
Le 11 janvier 2016, nous adressons à M. Robert Crauste, Maire du Grau-du-Roi, un recours gracieux pour lui demander d'abandonner la dénomination « Let’s Grau », une dénomination qui, par son caractère anglophone, est non conforme aux dispositions de la loi N°94-665, dite loi Toubon, relative à l’emploi de la langue française.
Le 2 février 2016, M. Robert Crauste nous écrit, mais dans sa lettre, il n'est question que de nous expliquer le bien-fondé de la dénomination en anglais et non de son abandon. Cette lettre confirme donc implicitement que M. le Maire refuse d'abandonner le slogan en anglais de la nouvelle marque ombrelle du Grau-du-Roi.
- Devant ce refus manifestement implicite, le 10 mai 2016, à l'encontre de M. Robert Crauste, Maire du Grau-du-Roi nous saisissons le Tribunal administratif de Nîmes en déposant à l'attention de son Président et de ses conseillers, une requête en excès de pouvoir et en annulation d'une décision implicite de rejet.
 - Le 21 septembre 2016, nous recevons le mémoire en défense de M. Robert Crauste, maire du Grau-du-Roi.
Le 10 octobre 2016, nous lui adressons un mémoire en réplique.
Le 19 décembre 2017, nous remettons à l'attention du Président du Tribunal administratif de Nîmes, une pièce à ajouter à notre dossier : notre victoire sur le logotype "Research University de PSL Paris Sciences et lettres.
- Le 2 février 2018, nous recevons du greffe du Tribunal administratif de Nîmes, un avis d'audience pour le 2 mars 2018. Autrement dit, notre affaire va passer devant le juge, en audience publique, le vendredi 2 mars 2018.
Le 19 mars 2018, nous recevons le prononcé du jugement : l'Afrav a gagné, et la commune du Grau-du-Roi est enjointe par le juge à procéder au retrait de la dénomination "Let's Grau" sur l'ensemble des supports sur lesquels elle figure, dans le délai de deux mois à compter de la notification du jugement.
- La mairie du Grau-du-Roi a, à partir de cette date, deux mois pour faire appel du jugement. Précisons que l'appel n'est pas suspensif de la décision de justice.
le samedi 12 mai 2018, nous recevons un courrier de la cour administrative d'appel de Marseille, nous disant que la commune du Grau-du-Roi, représentée par son maire, M. Robert Crauste, fait appel du jugement de Nîmes.

Vous pouvez nous aider à répondre au mémoire de la partie adverse !


Dans le mémoire de la partie adverse, 3 points sont soulevés pour faire tomber le jugement du tribunal administratif de Nîmes :
1 - L'objet social de l'Association serait trop large et impliquerait de ce fait, l'irrecevabilité de notre requête.
2 - Le fait que Monsieur le maire nous ait répondu, aurait dû entraîner de notre part, une requalification de notre requête. Cela n'ayant pas était fait, la partie adverse demande l'irrecevabilité de notre demande.
3 - Au prétexte que le terme "Let's Grau" ne figure pas dans les équivalents proposés par les centres de terminologies officiels de la République, la partie adverse dit que l'article 14 de la loi Toubon, n'a pas à s'appliquer dans cette affaire et que, par conséquent, même sur le fond, Monsieur le maire a raison.


Le procès  Let's Grau, du Grau-du-Roi, en appel à la cour administrative d'appel de Marseille
Nous sommes en train de répondre à ces trois points soulevés par la partie adverse et, bien évidemment, vous pouvez nous faire part de vos remarques. Nous cherchons, notamment, de la jurisprudence pour contrecarrer le point n°2.





Publié par Regis RAVAT le 18 mai 2018

vendredi 18 mai 2018

ZAD partout, répression sauvage partout également

Ce matin 18 mai 2018, à nouveau les pléthoriques forces de répression du Pouvoir central frappent à Notre Dame des Landes. Perquisitions, contrôles d'identité continuent ; des bois, des cabanes subissent l'assaut du feu volontaire par les dégradants dégradeurs de VIE.

Des dizaines de camions, des dizaines d'engins divers, des troupes à pied par centaines sont mobilisés à prix d'or : c'est LA GUERRE !

C'est le cas partout : dès que les salariés, fonctionnaires ou non, font mine d'en faire plus qu'une anodine promenade de santé sous la vigilante surveillance des chiens de garde syndicaux, les gros bras de la RÉPRESSION arrivent, gazent, arrosent, cognent.... il est devenu interdit au nom "de l'ordre" qui se répand en désordre de manifester son opposition à un RÉGIME fascisant, illégal en raison des monumentales triches aux élections. Toutes les lois sont désormais illégitimes et au moins dignes de Vichy, si ce n'est pire.

Le DÉSORDRE MONDIAL est en pleine action, partout, dans tous les pays : l'important n'est-il pas que les TRÈS ULTRA-RICHES le deviennent de plus en plus, de plus en plus vite, tout en utilisant la FORCE pour maintenir indéfiniment cet "avantage" ? En même temps (eh oui, là aussi), les médias "aux ordres" assurent que tout va bien, mais s'en prennent à tous ceux qui tentent de les contrer, en les dénigrant, en inventant des forfaits qu'ils auraient commis. Bien entendu, tous ceux qui sont dans la ligne sont de petits saints, même et surtout s'ils sont de véritables pourris.

 

Françaises, Français, la Patrie est en danger comme en 1792, mais de façon bien plus insidieuse. Edward Bernays est passé par là. Le double neveu maudit de Freud a su inventer la coercition qui emporte l'adhésion de la victime. C'est bien ce qu'Orwell avait compris dans ses livres, 1984 bien sûr, mais plus encore La Ferme des Animaux. Le Service Public (de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins (et non ses désirs) est attaqué de toutes parts : les fonctionnaires l'ont bien compris, c'est pourquoi le RÉGIME fait tout pour les discréditer, et les faire passer pour des privilégiés alors qu'ils sont les gardiens de notre avenir ensemble.

Contre nous, de la TYRANNIE l'étendard sanglant est levé....

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines,
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne....

Il est terrible de penser que L'ENNEMI est celui qui fait mine d'avoir été élu par nous, les Français, et qui par ce fait s'accapare les forces de répression pour son propre usage et celui de ses amis les TRÈS TRÈS riches. A côté de cela, le terrible épisode de Vichy, c'était du gâteau !  D'autant que bien entendu, beaucoup ne se rendent compte de rien, encore une fois.


lundi 7 mai 2018

Le 10 mai 1968, une journée inoubliable

Le 10 mai 1968, j'étais étudiant à Poitiers.


Je participais comme je pouvais aux forums de discussion (enfin, à certains : il y en avait trop) à la fac, sur le devenir des étudiants. Certes, cela n'a pas abouti : combien de projets n'ont pas abouti !

En même temps (eh oui) j'étais membre d'un parti de gauche présidentielle pour jeunes (paradoxe, oui, cela aussi existait dans cette période folle). Le 10 mai notre petit noyau local avait depuis déjà deux ou trois semaines invité Léo Hamon à discourir à la Maison du Peuple (nan, pas du tout dans un endroit sélect). 




Nous avions réussi à nous cotiser (en raclant copieusement les fonds de poches) pour tirer des affiches, et nous avions passé nos nuits à les coller un peu partout, à Poitiers et à l'extérieur.




Ce 10 mai est arrivé : nous avons mis en forme la salle, longtemps à l'avance. Léo Hamon est arrivé un peu en retard (grève des trains entre autres), et puis il n'a pas du tout parlé de ce qui était prévu, parce que ce jour-là les barricades étaient en train de se dresser à Paris (nous ne le savions pas, bien entendu) et il a discouru là-dessus. La salle était fort peu pleine. Puis nous avons dîné ensemble. C'était un homme agréable, mais il n'était plus étudiant, et le décalage était visible.

Mai 68 ? Un mythe. Une brume chargée de cacher l'important : ce mouvement n'avait RIEN de spontané, comme je l'ai lu plus tard. Si, ce qui fut spontané, c'était la grève des employés de Sud-Aviation à Nantes dès le 9 avril, qui dura jusqu'au 30 mai.



Puis les autres grandes entreprises suivirent, surtout à partir du 13 mai, Renault, la SNCF, les fournisseurs de carburant, l'audiovisuel (public, il n'y en avait pas d'autre sauf une ou deux radios)... l'un dans l'autre, ce fut assez inoubliable.  Comme ce pont de l'Ascension (23 mai) où je retournai le lundi 27 au matin à Poitiers : les voitures, rares, prenaient assez volontiers des stoppeurs. Un autre point d'orgue magistral fut la manifestation le 31 mai de ceux qui commençaient à en avoir assez, qui eut lieu à Poitiers le lendemain de celle de Paris : c'est raconté dans le bouquin que j'ai écrit, page 97. Ce jour-là un jeune homme très timide, mais conscient de ses responsabilités, a retenu par le col un monsieur qui aurait facilement pu être son père, voire son grand-père, et qui soudain voulut se jeter sur les contre-manifestants malgré le service d'ordre solide de la CGT.

On a beaucoup parlé de mai 1968, souvent en mal : pour qui n'avait pas connu le contexte antérieur, certes, cela peut présenter bien des aspects négatifs. Il faut dire que cela correspondait à un basculement de la société résolument patriarcale, vers une bouffée d'air. La France sortait de la reconstruction après la guerre, et commençait à relever la tête après l'avoir eue à fond dans le guidon : un grand nettoyage de printemps s'imposait vraiment. C'est d'ailleurs pour cette raison entre autres, que j'avais sorti ce livre racontant un autre monde gris, dur, de plus en plus insupportable.

En revanche, l'évolution de cette même société aujourd'hui nous rapproche à nouveau d'une vie dure, sombre, grise, et en plus, dangereuse. A terme, si cette pente continue, dans quelques années ce sera pire qu'en 1950. Pour certains, de plus en plus nombreux, ce l'est déjà.




Ce court métrage de 23 minutes date de 1954. Tout y est authentique, malheureusement. Cela correspond avec le début des grandes actions de l'abbé Pierre.

dimanche 6 mai 2018

La catastrophe (15 mai 1948 — 15 mai 2018)

Les Palestiniens la nomment ainsi, la Nakba.



Le 15 mai 1948 marque le basculement. Avant cette date, des hordes de terroristes nommées Hagana, Irgoun, Palmach, Lehi, groupe Stern s'attaquent périodiquement, mais avec une grande violence, aux villages de la Palestine. La Palestine, c'est le nom de ces terres qui s'étendent entre la Méditerranée et le Jourdain.

Ce jour-là, dès minuit passé, certains de ces terroristes s'auto-proclament État, sous la bienveillante compréhension des autorités anglo-saxonnes, reines du coin depuis les accords Sykes-Picot du 16 mai 1916. Aujourd'hui encore ce n'est pas plus : cet "État" n'a ni constitution (juste deux lois d'orientation), ni frontières reconnues par la communauté des nations. C'est d'ailleurs pratique : cela permet de continuer à s'étendre sans autorisation, d'où l'occupation illégale et illégitime du plateau du Golan à partir du 5 juin 1967.

A partir de ce jour-là, les Palestiniens sont pourchassés de toutes les façons possibles, afin de donner un soupçon de vraisemblance à ce slogan choquant "une terre sans peuple pour un peuple sans terre". Beaucoup sont tués par ceux qui étaient des terroristes, et qui deviennent par un coup de baguette magique "l'armée". Beaucoup sont obligés de fuir (on parle de neuf cent mille). Malgré tout, il en reste encore beaucoup, sur leur terre qui désormais, là encore par enchantement, n'est plus la leur. Documents notariés, ou pas.

Qu'on ne s'y trompe pas : il ne s'agit aucunement d'une affaire religieuse. Aujourd'hui encore, de nombreux juifs refusent cet état de fait, y compris certains qui vivent depuis très longtemps dans un quartier de Jérusalem, Mea Shearim.  Mais aussi d'autres, qui manifestent souvent à Paris, à Washington...

Il ne s'agit aucunement de "race" comme disaient certains, puisque cette notion n'existe tout simplement pas.  Il est d'ailleurs probable que des recherches d'ADN montreraient (et montrent, parce que quelques recherches ont effectivement eu lieu dans ce sens) que les vrais descendants de ceux qui vivaient là il y a mille, deux mille ans, sont ceux-là même que des intrus ont voulu chasser.

Donc, le 15 mai 1948 est le pivot de cette appropriation par des gens venus d'ailleurs, de la terre mise en valeur avec ferveur par ses habitants séculaires. Il s'agit bien entendu d'une affaire politique, concrétisée dès le 2 novembre 1917 par la déclaration Balfour, une lettre adressée par le ministre des affaires étrangères britannique, Lord Balfour, à un autre Lord, banquier, qui s'appelle déjà Rothschild. Celui-ci est le descendant de celui qui, en 1815, se fit un joli coup de bourse le 18 juin grâce à la bataille de Waterloo.



Cet « État » imposé aux forceps par les vainqueurs de l'époque est bien entendu sans aucune valeur, hormis la force qui le maintient encore pour le moment.  Il est la simple cristallisation en Asie du Sud-Ouest d'une sorte d'hyper-base turbulente, mais essentielle pour les maîtres de Londres et de Washington. Ceux qui ont le vrai pouvoir, bien entendu, pas les présidents, premiers ministres et autres personnalités au pouvoir très incertain. Et quand ceux-ci veulent apporter du bien, "des forcenés" tout surpris par le geste qu'on leur attribue sont accusés de les avoir retirés du peuple des vivants.



Quand cet état de fait révoltant finira-t-il ? La communauté des nations va-t-elle se réveiller, maintenant que les empires de la mer commencent à devenir moins puissants (qu'ils le veuillent ou non)  ? Les descendants des cruels seigneurs Khazars qui s'étaient convertis au judaïsme par intérêt aux alentours du XVe siècle (souvent convertis – encore une conversion – aujourd'hui en banquiers) vont-ils enfin cesser de nuire au monde entier ?

Citoyens de toute la Terre, n'oublions pas cette date funeste : le 15 mai 1948. C'était il y a septante ans, c'était hier, c'est encore aujourd'hui. Car aujourd'hui encore, des Palestiniens tout ordinaires sont chassés de leurs maisons (aussitôt détruites le plus souvent) pour laisser la place à d'autres venus d'ailleurs. D'autres dates furent tout aussi funestes, ailleurs : le 11 septembre 1974 au Chili, le 20 mars 2003 en Irak, le 13 février 2011 en Libye... toutes initiée par les mêmes : des banquiers aux dents hypertrophiées de morses.

On se souviendra que souvent, au plus jeune de la famille ainsi privée de sa demeure séculaire est remise la clef de celle-ci, à transmettre à ses enfants.




Un jour, ces familles reviendront, quand l'Empire anglo-saxon du Grand Capital se sera écroulé sous sa suffisance, sa morgue et sa violence. Dans vingt ans ? Probablement guère plus. Peut-être moins.


vendredi 4 mai 2018

Les tarés à évincer



Quelques humains sont en train de tuer la Terre et ses habitants. Sont -ils nombreux ? Pas même un sur dix millions, et de loin. Seule difficulté : ils ont réussi, par une grande perversité, à occuper les rares vrais postes de commande. Après, par cascade, par intérêt personnel, par peur, d'autres bien plus nombreux suivent et appliquent ce que leur ordonnent ceux du "sommet". Sans doute même n'ont-ils pas vraiment conscience de la malignité de ce qu'on leur fait accomplir.

Qui peut donc bien transformer en marionnettes tout et tous ? Réfléchissons.

On a un peu tendance à les oublier : sont en bonne place les grandes familles, régnantes ou pas, qui tinrent ou tiennent toujours les trônes. Ce sont les Hanovre-Windsor, les Bourbon, sans doute les Vasa, à une échelle moindre les Grimaldi... peu de noms en fait, mais qui continuent à peser lourd.

Au même niveau s'immiscent les Banquiers, ceux qui font de l'argent avec rien, sans doute plus puissants encore. Ils perpétuent la tradition des banquiers "lombards", qui depuis le XIIe siècle se sont fait une réputation plus que sulfureuse. Il a été souvent noté que, prêteurs aux rois, ils leur imposaient leurs vues, et de fructueuses autorisations pour des méthodes d'enrichissement encore plus sordides. A leur décharge, il faut bien avouer que certains de ces souverains, tel Philippe IV "le Bel", ne se gênaient pas pour rogner les pièces, afin d'en frapper plus avec la même quantité d'or.



Qu'allons-nous faire ?



.

dimanche 15 avril 2018

LA GUERRE, puisqu'il faut l'appeler par son nom !

C'est la guerre en Syrie, c'est la guerre sur la ZAD, c'est la guerre contre la laïcité facteur d'harmonie, c'est la guerre contre la langue française, c'est la guerre contre les Français les plus humbles, les plus démunis, et ceux qui le deviendront très vite.  Pas une guerre subie, mais une guerre servile envers les plus que fous de l'État profond US, ces anciens trotskistes devenus ennemis du genre humain tout entier.

 Les collectifs de Notre-Dame des Landes (oui, tout y est collectif, c'est bien ce qui gêne certains individualistes hargneux) étaient prêts à négocier collectivement, et non individuellement comme le voulait la préfète (simple appendice de l'Élysée bien entendu). Résultat : on tape sur eux à tours de bras, sur eux, et éventuellement sur leurs soutiens de toute la France. Les deux cents et plus collectifs sont toujours là.

La laïcité est frappée délibérément, afin de satisfaire des "amis" qu'on nomme la Haute Église, le CRIF, les salafistes (mais pas les simples citoyens musulmans respectueux de la République), d'autres encore sans doute : tous sont utiles, y compris pour envoyer "des terroristes" formatés maison combattre les gouvernements légitimes, ou perpétrer des "attentats" calibrés pour faire peur à la population et la rendre malléable.

La langue française est rejetée, pressurée, interdite de fait par l'emploi délibéré de termes vaguement anglais et incompréhensibles aussi bien par "les journalistes" (pas les vrais bien sûr, ceux-là sont au chômage), que par les "hommes politiques" y compris ceux OCCUPANT l'Élysée comme des proconsuls d'une nouvelle Rome.

Les Français qu'ils soient de longue date, ou d'arrivée plus récente, sont DES FRANÇAIS, que Jupiter le veuille, ou non. De plus en plus d'entre eux, mêlés dans leur misère, se retrouvent à dormir sur un coin de trottoir s'ils ne sont pas délogés (sic) par une police tâtillonne qui ne veut pas les voir. Bécaud hurlait :
« Je suis Indien, je n'existe pas, on ne respecte pas un Indien sans ses plumes ! »

Désormais, c'est chose faite aussi pour les Français, qui n'existent plus que comme con sommateurs dociles et bêlants (pas trop fort, il ne faut pas déranger les sommités de l'État, voyons).

La France a pourtant de fières origines, et de fiers piliers de sa grandeur à travers les siècles. Je l'ai reporté sur ces deux grandes pages.
https://ti1ca.com/epjr9are-chronologie-langue-francaise-chronologie-langue-francaise.zip.html
En voici un petit extrait.


Aussi longtemps qu'ils restera deux Français au moins, ils incarneront tout cela, que les autres le veuillent, ou non. Mais pour le moment le "président" a déclaré la GUERRE à notre France. Qu'on se le dise, et qu'on agisse pour qu'il N'EN SOIT PLUS AINSI.

vendredi 13 avril 2018

L'arbitraire, l'illégal, le non-droit utilisent la force brutale : oui, c'est en France

C'est au plus haut niveau de l'État, et plus haut encore sans doute, que désormais résident les "valeurs" qui nous sont assénées avec une puissance inouïe.

Partout en France, des actions opposées aux droits fondamentaux des gens sont déployées à grand frais (qui paie ? nous, contribuables ulcérés). Ce sont des plans Vigipirate renforcés de chez renforcé, dont la seule utilité est d'habituer (comme si c'était possible) les citoyens à être côtoyés chaque jour par des hommes en armes. Cela peut éviter les insurrections. Traduisez : ainsi le Peuple serait tué avant même de bouger le petit doigt pour se révolter.

Ce sont des opérations coup de marteau, à Sivens, à Bure, à la ZAD de Notre Dame des Landes, avec des milliers d'hommes transformés en coléoptères géants. Toute manifestation qui n'est pas gentiment assumée par les collabos des centrales syndicales est entourée, pressurée, intimidée, voire molestée, comme aujourd'hui à Ploermel où le collectif de défense de la ZAD local se retrouve dans la nasse en voulant seulement distribuer des tracts.

Tous ces coups de boutoir sont assénés au mépris de toutes les lois, car bien entendu un homme porté à l'Élysée par 14% de la population active après force manipulations des bulletins blancs (moins de 10%, sinon ?) devient un dieu au pouvoir sans partage.

EN LE PEUPLE SEUL ET ENTIER RÉSIDE LE POUVOIR

jeudi 12 avril 2018

De quelques riches et puissants, c'est la guerre à l'humanité à Notre Dame des Landes

Des multinationales, des banques au-dessus des banques, ont déclenché le grand chambardement.

Cela se présente sous la forme d'une attaque d'une violence inouïe conte un coin de terre préservé des pesticides depuis l'origine : vous imaginez le scandale ! Gardées en friches par décision de construire un énigmatique aéroport, qui ne vit jamais le jour, ces terres n'ont été mises en valeur, assez récemment, qu'avec des moyens particulièrement respectueux de l'environnement. Pas d'engrais chimiques, pas de pesticides, antifongiques, rien que l'amicale main de l'homme. Les conservateurs bénévoles de cette terre avaient conclu un accord commun en ce sens, et "les autorités" paraissaient d'accord.

Soudain, ce sont des moyens dignes de l'armée qui sont mis en action, pour réduire  à néant ce processus d'une façon autoritaire. C'est au point qu'une audience du tribunal de grande instance de Nantes va avoir lieu en ce jour 12 avril, pour mettre en accusation la préfète sur des cas très précis et recevables.

Pendant ce temps-là, lesd destructions arbitraires et STUPIDES vont continuer. Il ne s'agit pas de quelques activistes barbus et violents, mais de jeunes qui avaient une existence officielle, un projet déclaré, et viable. Le message est clair : pour "ces messieurs" de boîtes à poison comme Limagrain ou le groupe Avril, comme Lactalis, mais aussi Monsanto et son légendaire Roundup, Syngenta l'alter ego suisse... une terre saine n'est pas concevable. Les humains ne doivent avoir droit qu'à du chimique intégral. Pour faire disparaître ces parcelles préservées, si nécessaire on fera disparaître les humains (les vrais) qui les protègent.

En attaquant ces personnes particulièrement honorables, c'est toute l'humanité qu'attaquent les troupes de choc d'un gouvernement simple rouage des grands puissants du fric. La représentation dite "nationale", réunie pour l'occasion parmi des personnes sollicitées au dernier moment et pas du tout motivées, ne dit rien. Cela fait bien entendu partie de la stratégie : l'opposition ne provient que d'une base lointaine, et de quelques opposants minoritaires.

Au nom de nos enfants, et des enfants de nos enfants, allons-nous laisser faire ? Rappel de l'article 35 de la Déclaration des Doits de l'Homme de 1793.

 "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

dimanche 1 avril 2018

IL S'EST ENFUI !

De notre envoyé spécial à Les Souhesmes-Rampont (Meuse)

Nous avons appris vers deux heures du matin qu'une  grosse berline roulant à très vive allure sur l'autoroute A4 venait d'être interceptée par une escouade citoyenne sur l'aire de repos de Rarecourt, près de Sainte Menehould.

Un chef de l'État en exercice a été reconnu dans la voiture à l'arrêt à l'aire de repos de Toulettes par un citoyen nommé Drouet, et c'est à la bifurcation vers l'aire suivante de Rarecourt que des hommes en gilet réfléchissant ont fait arrêter le véhicule pour vérification.



Il semble que l'homme intercepté fuyait l'ire des différentes catégories de citoyens touchées violemment par ses ordonnances. Est-ce le retour du destin ? Quelques kilomètres en amont, il était passé près du moulin de Valmy, symbole fort de la République Une et Indivisible. Il a été reconnu au niveau de Saint Menehould, mais à la différence de 1792 l'autoroute continue plein Est, au lieu de monter au nord-est vers Varennes en Argonne. Tentait-il de rejoindre la Kaiserin pour demander sa protection ?

L'escouade citoyenne formée dans l'urgence désire désormais être nommée Escadron République Française. Ils sont près de moi, je les interroge.
– Que pensez-vous de votre geste ?
– Il s'agissait de dire : cette fois, c'est assez.
– Qu'allez-vous faire maintenant ?
– Nous allons le ramener à Paris sous bonne escorte, car d'autres citoyens se sont joints à nous.
– Envisagez-vous de le juger ?
– Il sera jugé par le Peuple Français envers lequel il y a eu une Très Haute Trahison. Ses nombreux complices passés et présents seront arrêtés également. Non, pas de noms ici. La Très Haute Trahison est une notion nouvelle, qui sera incorporée dans le Droit. Les accusés auront pour une fois un jugement équitable.

Le soleil se lève sur l'Argonne en ce premier avril, non loin d'ici serpente la Voie Sacrée qui sauva Verdun en 1916. Ici, Les Souhelles-Rampont, à vous les studios.

bab


dimanche 25 mars 2018

Le Peuple est constitué, qu'il fasse une nouvelle Constitution

 Le Peuple POSSÈDE le Pouvoir.  Il le possède, en tant qu'entité supérieure, en son entier, car selon l'article 3 de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789 (le sexe n'y change rien, bien entendu) :
  
Art. 3. Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

Cet article est l'application de la déclaration de la Convention :

Déclaration du 25 septembre 1792

La Convention nationale déclare que la République française est une et indivisible.

Cela implique que SEUL, en son ENTIER, le Peuple incarne la souveraineté nationale, celle qui est reconnue par les autres Nations, et qui est la base de toutes les lois, y compris les Constitutions.

Le Peuple décide de son destin en étant la cheville maîtresse de la rédaction de la Constitution, dont il discute et amende chaque proposition : des rédacteurs choisis par Lui parmi toutes les couches de la société (sur la base du volontariat) s'assureront de la cohérence entre les dispositions, et feront entériner ces ajustements  entre eux. Puis le Peuple en son entier décidera de la validité de l'ensemble, grâce à un référendum solennel.

Cette base acquise et acceptée par tous, pour avoir pu être discutée par tous, le Peuple délègue souverainement le fonctionnement des institutions, avec dans cette idée que tout blocage majeur de ces institutions ne peut être dénoué que par Lui-même.

Le président devrait, dans l'esprit de la République Française, n'être qu'un arbitre pour les cas ordinaires entre les différents Pouvoirs :

—  le Législatif délégué par le Peuple FAIT les lois du Peuple, pour le Peuple et peut à tout moment être récusé par le Peuple en son entier, ou nominativement en cas de faute grave dans son mandat.

— l'Exécutif  exécute et met en pratique dans le détail ce que les représentants du Peuple (et pas de lobbies) ont décidé pour le bien de tous.

—  le Judiciaire veille à la droiture des personnes physiques ou morales dans le cadre des lois votées par le Législatif.

— le Monétaire, représenté par une entité nommée Banque de France,  a pour mission de surveiller cet OUTIL qu'est la monnaie, siègent à son conseil d'administration des représentants de la société civile non banquiers, des parlementaires à tour de rôle, un représentant du gouvernement  et un économiste qui n'a qu'une voix comme les autres membres. Ce Conseil d'Administration a dans son esprit que toute spéculation et manœuvre sur la Monnaie est un crime majeur assimilé à un meurtre avec préméditation.

—  l'Informatif rapporte au Peuple ce qui est fait sans le déformer, sans en cacher une partie, et a le droit plein et entier de commenter pour expliquer, voire donner des OPINIONS présentées pour telles.



Plus que jamais, chaque membre du Peuple doit savoir qu'il est un acteur essentiel de la bonne marche de la vie en commun. Quant aux relations avec les autres Nations, elles sont basées sur le même principe : la liberté de chacun s'arrête où commence celle des autres, et "nul ne peut faire à autrui ce qu'il ne voudrait pas que celui-ci lui fasse."

Cette dernière partie de la phrase pointe expressément des pratiques que plusieurs États OXYDANTaux  ont eu vis-à vis d'autres États dans le passé, ou aujourd'hui encore. On se souvient trop de ce qu'ont fait en Afrique par le passé des Jules Ferry, des Léopold II, des Mussolini, mais aussi avec une grande constance pratiquement tous les premiers ministres britanniques un peu partout dans le monde. Plus malins encore, aujourd'hui ceux-ci délèguent souvent cette tâche à leurs proconsuls à Washington, Ottawa, Bruxelles-OTAN, Canberra, Tôkyô....

Pour conclure, rappelons-nous, et APPLIQUONS, cet article 35 de la Déclaration de 1793 (celle dont on parle beaucoup moins) :

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

samedi 10 mars 2018

Qu'y a-t-il au 55 rue du Faubourg ?

Des blogueurs  le dénoncent. Pas beaucoup. Pas assez.

Quand vous interrogez quelqu'un sur son vote du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017, presque jamais il n'avouera avoir voté pour le candidat dit "en marche". Même au premier tour, les votes blancs annoncés sont légion.

Ce n'est pas ce que disent les résultats.  Il n'y aurait eu que 660 000 blancs, et 290 000 nuls (chiffres arrondis), soit 950 000 votes dits "non exprimés". Soit 2% des inscrits. Cela ne rend pas compte de ce que l'on constate par un simple "sondage" des personnes rencontrées au hasard. C'est bien moins.

En revanche, un homme soudain "parachuté", sans programme positif, sans soutien populaire, se retrouve avec plus de 8 600 000 voix, soit 18,20% alors que presque personne ne se permettrait d'admettre qu'il a donné sa voix à cet homme-là. Des villes où il y avait eu  – selon les témoins des dépouillements – beaucoup de bulletins blancs, en auraient soudain... zéro selon le ministère. Les mystère de la place Beauvau sont impénétrables. Les résultats approuvés par le conseil constitutionnel, aussi.

Dans les jours qui ont suivi les élections, quelques voix se sont élevées pour demander un recomptage, des vérifications... elles ont été étouffées par le vacarme des média officiels. Des pétitions ont été lancées en urgence, en pure perte. Il fallait que le résultat de ce premier tour soit calqué sur les dernier "sondages", dont on sait pourtant ce qu'ils valent. Effectivement, ce fut une copie conforme, bravo les sondeurs ! vous avez réussi pour une fois le sans-faute.

De qui se moque-t-on ? Chacun sait que pour cette fois-ci, c'est à une entreprise américaine qu'a été confié le travail de collation et de mise en forme des résultats. Qui ira voir ? C'est un trou noir garanti.

Qu'y a-t-il donc au 55 ? Sans doute pas le résultat des urnes. Juste un "petit arrangement entre amis", banquiers obligent. D'ailleurs, les premières "mesures" ne trompent pas : pour les entrées d'argent de la très grande majorité des Français, la toise a été réduite de nombreux pouces, ce qui « n'est pas le pied », si l'on peut se permettre cette expression familière. Le budget des Français « ne fait pas le poids », sauf celui des 0,01% qui s'envole. En physique, on appelle cela "l'osmose inverse". En comptabilité, on préfère ne rien dire.

Que constate-t-on ? Sur les trottoirs de nos villes, les personnes passant leur vie sur un ou deux mètres carrés se multiplient. Avec les grands froids de ces derniers jours, certains d'entre eux n'ont pas résisté. La presse en a-t-elle fait état ? Fort peu. Quant aux "forces de l'ordre", elles ont fait le ménage pour qu'on évite de voir des personnes clouées à un peu de béton ou de macadam. Circulez, il n'y a rien à voir.

Qu'on ne s'y trompe pas. Cette tendance, loin de se calmer, va s'exacerber. Les entreprises sont "délocalisées" vers des cieux plus cléments... pour le Capital. Les services gouvernementaux n'y voient pas malice.  Nous ne saurons pas s'ils n'ont pas même aidé à cet état de fait.  S'agissant de la vente des plus beaux fleurons de notre industrie à l'ennemi d'outre-Atlantique, les doutes sont encore plus denses.

C'est pourquoi il ne fut peut-être pas une mauvaise idée d'écrire ces quelques vers, mis en ligne le 22 mai 2017.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Après le despotisme roué, le despotisme sombre

C'était pendant l'erreur d'un quinquennat fini.
Via l'océan profond vint un homme inspiré.
De sombre aspect il eut des accents susurrés.
Derrière lui, bien caché, s'en venait un roué
Qui lui dictait ses mots de malice chargés.
Lui, de belle prestance, il montrait que son âge
N'avait point tout-à-fait buriné son visage.
Comme des fils de nuit descendaient vers son corps,
Sans doute pour mouvoir de ses traits le décor.
Une voix entonna le Veni creator,
Des fracas de squelettes tambourinèrent alors.
De cette bacchanale insensée s'éleva
Un rythme lourd d'effroi sonnant comme le glas.
Les fils le conduisirent devant les lourds battants
D'un Élysée gisant, silencieux et mourant.
D'un pied leste il frappa sur le sol de pavés,
Les battants s'entrouvrirent pour le laisser passer.
Le sombre le plus noir sur le monde s'étendit,
Et plus jamais le jour ne vint chasser la nuit.

(d'après Racine, Athalie, acte II, scène 5)


bab

vendredi 9 mars 2018

L'agence BVA a sondé les Français sur leur langue – ils désavouent les actions présidentielles !

communiqué de presse BVA
 

La langue française : une composante majeure de l’identité française pour 9 Français sur 10

Les trois quarts des interviewés (75%) considèrent que la langue française est en premier lieu une composante majeure de l’identité française, devant une langue largement enseignée et parlée dans le monde (16%). Une proportion qui monte même jusqu’à 89% au global (citations en 1er + en 2ème).

De multiples menaces semblent pourtant peser sur le français, et notamment la dégradation de son enseignement

74% des Français estiment que la dégradation de l’enseignement du français est aujourd’hui la première menace pesant sur la langue.
Dès lors, rien d’étonnant à ce qu’une même proportion de Français (72%) pensent qu’il est avant tout prioritaire d’améliorer l’enseignement du français dans l’éducation nationale afin que la langue française se porte mieux.

Au global, les répondants sont assez partagés quant à ce qui pourrait menacer le français, puisque 60% estiment que les médias et la publicité font la part belle à l’anglais quand 51% considèrent que les dirigeants politiques ne prennent pas les mesures suffisantes pour éviter les atteintes répétées à notre langue.

Sept personnes sur dix disent être prêtes à agir pour la langue française

70% des personnes interrogées seraient prêtes à agir pour leur langue, et plus particulièrement les seniors de 65 ans et plus (78%).

Plus précisément, une courte majorité (51%) pourrait confier à un organisme accrédité une délégation de pouvoirs lui permettant, en son nom, d’intervenir lors d’abus préjudiciables à leur langue ; une mission portée par l’association Avenir de la langue française, officiellement agréée par les ministères de la Culture et de la Justice : www.avenir-langue-francaise.fr .

Demander aux pays membres de l’OIF de montrer leur appartenance à la communauté francophone : une initiative soutenue par 7 Français sur 10

Pour plus de deux tiers des Français (69%), mettre en avant des signes extérieurs marquant l’appartenance des 84 Etats et gouvernements membres de l’OIF à la communauté francophone serait une bonne chose, notamment en arborant le drapeau de la Francophonie.
 
 
 

jeudi 1 mars 2018

Meurtre avec préméditation de la langue française

20 mars 2018, Journée mondiale de la langue française et de la Francophonie
MEURTRE AVEC PRÉMÉDITATION DE LA LANGUE FRANÇAISE  : ensemble, nous accusons !

Contournant les associations de défense de la langue française et méprisant leurs alertes, le président de la République, docilement suivi par sa représentante à l’OIF Mme Leila Slimani, se pose en grand défenseur de la langue française et de la Francophonie. C’est malheureusement une imposture. « Le plus grand des crimes, c'est de tuer la langue d'une nation avec tout ce qu'elle renferme d'espérance et de génie » (Charles Nodier)






Fausse modernité et vraie ringardise. – D’abord, une question : que signifie « dé-ringardiser la langue française » ? Connaissez-vous une langue qu'on puisse qualifier de ringarde ? Le mot en dit long sur la politique qui est menée, autoritaire, discriminatoire. Nous parlons français en France, serions-nous tous devenus des ringards ? La modernité n’est pas pour les Français une nouveauté. Ils ont participé et participent encore aux évolutions techniques, industrielles et intellectuelles du monde depuis mille ans, fréquemment en précurseurs, toujours en acteurs. Quel président se permettrait de refuser cette évidence ?

Le français, « langue de la République » et langue internationale porteuse de diversité - Que signifie en outre cette volonté récurrente de « dénationaliser » la langue française en opposant la « langue de la République » (article 2-a de la Constitution) à la Francophonie internationale qui n'en est que le prolongement linguistique ? En réalité, la Francophonie est le rempart contre ce « business Globish », qui porte en lui un terrible danger de pensée, d’économie, de politique et de « culture » uniques et « globalitaires » , avec la bénédiction des dirigeants politiques.

Le français promu « seconde langue mondiale » ou… peu à peu relégué au rôle de langue locale, voire folklorique sur le sol même de l'hexagone ? « L’anglais est désormais la lingua franca, c’est comme ça. Il faut savoir parler anglais si on veut agir et bouger dans la mondialisation. » vient de déclarer Édouard Philippe, Premier ministre, à Lille le 23 février 2018. Même avec une vision purement économique, la langue des exportations c’est celle du client ! Quant au chef de l'État, Il flatte la francophonie africaine, mais c'est pour mieux sous-entendre que dans son esprit la francophonie n'est bonne que pour les nègres, puisqu'elle est absente de sa stratégie en Europe et en France.

Les blancs, eux, qui sont des gens sérieux et développés, parlent l'anglais, bien sûr, et n'auront bientôt plus besoin du français.
Ensuite, l'ouverture à un français pluriel, enrichi de tous les africanismes possibles, est aussi une flatterie qui cache ce que les linguistes appellent une créolisation, c'est-à-dire la rupture d'unité d'une langue au profit de ses déclinaisons régionales. Pour tuer le caractère universel et rassembleur d'une langue comme la nôtre, c'est radical.
Nous recevons des coups de partout, mais c'est la première fois que le président monte lui-même en première ligne.

Arrachage et substitution linguistiques – Chaque jour, le français recule dans notre pays. Le tout-anglais est favorisé par les milieux financiers, par de grandes entreprises privées et publiques, par nombre de Grandes Écoles et d’Universités, par certains responsables publics de la recherche scientifique, sans parler de tous ceux que Michel Serres nomme « les collabos de la pub et du fric » comme le CSA ou les élus de la République Le discours d'Emmanuel Macron à Versailles, 22 janvier 2018 « Choose France ! », « France is back », « One Planet’s Summit », « Make our planet great again ! »… humilie notre langue sur son sol même, renie notre Constitution. Ces termes complètent le paysage des radios et des télévisions qui nous abreuvent de noms comme « The Voice ». Quant à l’actuelle communication gouvernementale, truffée d’anglicismes incompréhensibles, n'en parlons pas.

Une politique linguistique inavouable et mortifère – Nous sommes bien conscients de cette politique linguistique criminelle que génèrent l’union européenne (en dépit du « Brexit » !) et les partisans des traités de libre-échange « transatlantiques ». Nous n’en sommes plus à quelques mots « franglais » jadis moqués par Etiemble. Il s’agit désormais et tout simplement de la substitution linguistique de notre langue par l’anglo-américain. Regardons nos produits et nos enseignes. Ce sont les autorités françaises qui imposent l’anglo-américain comme la langue du travail et des échanges. Toutes les nations sont visées, l’Italie, l'Allemagne, l'Espagne, etc : par exemple, Volkswagen a renoncé à utiliser l’allemand pour sa documentation interne  au profit du Globiche ! Il est clair que cette dictature mondiale n'est pas que linguistique, puisqu'elle touche la langue du travail. Parler anglais, ou mourir de faim ? Comprendre un contrat rédigé dans la langue de l'envahisseur ? Dur... La misère est linguistique, financière, économique, culturelle, c'est la misère tout court. S'ensuivent la régression intellectuelle, la diminution du vocabulaire, la régression de l'esprit critique : nous sommes formatés pour devenir entièrement manipulables.

Langue unique, danger pour la nation et pour l’humanité – Relayant la colère de nombreux amis de la francophonie sur les cinq continents, nous allons nous élever contre cet arrachage culturel aux mortelles conséquences civiques. C’est pourquoi nous alertons le peuple français : laisser reléguer et humilier la langue française, c’est laisser briser l’esprit même de la nation ; car la France sans sa langue, ou la francophonie sans la France, cela n'aurait plus de sens. « Le premier instrument du génie d’un peuple, c’est sa langue » soulignait Stendhal ! Et Fernand Braudel (académicien, professeur au Collège de France) d'ajouter « La France, c'est d'abord la langue française. » En effet, briser la langue du peuple, ce premier service public de France, c’est aggraver les fractures sociales, culturelles et sociétales existantes au profit d’une « élite » méprisante qui fait du tout-anglais une marque de distinction mondiale au mépris du droit élémentaire de comprendre, que reconnut à notre peuple l’Ordonnance de Villers-Cotterêts (1539). Une saine internationalisation des échanges ne saurait procéder de l’imposition d’une langue et d’un modèle socioculturel ; elle doit respecter au contraire le principe internationaliste et hautement dialectique posé par Umberto Eco : « la langue de l’Europe, c’est la traduction ».

Délier notre langue ! Tirons notre langue à ceux qui veulent nous l'arracher !C’est pourquoi nous nous adressons aux français, mais aussi aux francophones du monde. Face au char d’assaut « globalitaire » du tout-anglais, rappelons au respect de la loi et de la Constitution l’exécutif tenu de les protéger ; renforçons la loi Toubon, car le sort de notre peuple ne doit pas dépendre de la « loi anglo-américaine du marché » ; refusons que l'oligarchie condamne à mort langues et cultures en prétendant parler au nom du et des peuples. Contre la langue unique et la pensée unique qui déferle, refusons cette dictature ! Nous sommes là pour promouvoir notre langue, et avec elle toutes les langues du monde. Ne nous laissons pas arracher notre langue, et par là même notre droit à la parole. Soyons ce que l’on ne veut plus que nous soyons, un peuple libre, maître de son destin ! Rappelons-nous la prééminence qu'eut notre langue dans toute l'Europe, en tant que LA langue commune, du XVIIe siècle à 1815 ?

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Ce texte est le fruit d'un travail collectif de membres de plusieurs associations et groupements de défense de la langue française. Il est important de le diffuser à tous, tant nous sommes face à un mépris inimaginable « des Autorités », surtout des plus hautes instances de l'État.