Rechercher dans ce blog

dimanche 27 janvier 2013

De Rem* - TINA soit qui MALI pense !

Mon ami Rem* me fait l'honneur de cette nouvelle version d'un article qu'il a déposé chez Ruminances il y a quelques jours. Je l'en remercie. Il semble, selon lui, qu'il ne soit que la conclusion d'un ouvrage bien plus vaste dont il parlera sans doute. Place à l'écrivain engagé.



TINA soit qui MALI pense !
23 janvier 2013, IN EXTREMIS !! - L'actualité m'impose d'interrompre mes corrections (avec l'aide de quelques ami(e)s, merci !) pour reprendre plume imprévue... : Tout d'abord, de l'amie Martine - qui illustre la couverture - voici son bel article, paru sur «Ruminances» le 19 janvier 2013. Puis ma réaction. 

Aminata Traoré, ma sœur


«Les gens connaissaient leurs difficultés, nous vivions dans une situation sur-réactionnelle au Mali».
Aminata Traoré dénonce en tant que Malienne, ancienne ministre de la culture, femme politique, écrivaine, humaniste, altermondialiste et essayiste, engagée, y compris sur le plan artistique, et, surtout, femme de ce monde...
Aux dernières nouvelles, Aminata était contre une intervention militaire internationale au Mali. Elle craignait, entre autres choses, la maltraitance faite aux femmes en représailles, quels que soient les clans auxquels elles appartiennent.
Elle avait peur aussi d’un jugement fait à l’emporte-pièce sans prendre en compte la trame de la situation globale des forces existantes, entraînant forcement des conséquences catastrophiques et injustes.
Enfin, la soumission des peuples qui s’en suivront avec l’installation plus profonde du monde marchand qui pillera inévitablement, plus qu’à l’accoutumé, les terres dévastées, sous un prétexte ou cause détournés.
Le peuple des Touaregs devient le peuple à abattre, alors qu’ il est victime de misère, comme tous les peuples africains, sauf que les conditions géographiques, géopolitiques, ont précipité beaucoup d’entre eux dans une lutte devenue religieuse, venue de Libye après avoir transité par l’Irak.
Aminata Traoré considère que les pays africains sont des peuples soumis et poussés à la libéralisation par les institutions internationales, les appauvrissant jusqu’à la rupture. Le même processus d’austérité qu’en Europe, les africains y sont accoutumés depuis plusieurs décennies : une dette imposée, impossible à rembourser, des prêts d’argents consentis par le FMI à la condition de laisser s’installer multinationales et libéralisme. 
Pour elle, le printemps arabe n’a rien à envier à la lutte pour la démocratie passé il y a une vingtaine d’année au Mali. Les peuples du nord de l’Afrique pourraient prendre leçon du passé Malien... Le problème reste l’emprise de la globalisation mondiale et de la mainmise du monde marchand sur les dirigeants africains restaurant rapidement l’anti-démocratie, favorisant l'éclosion d’élites et l’aggravation de la pauvreté, le retour à la soumission. Le capitalisme corrompt les relais élus sur place qui deviennent les 1% de maliens prospères naviguant dans les affaires, laissant les autres dans une pauvreté extrême. Ainsi la corruption grandit dans le sens où, comme on le dit en Côte d’ivoire, « débrouiller n’est pas voler ».
Il faut bien trouver un moyen de survivre en Afrique, quand les terres sont arrachées aux agriculteurs, quand les eaux sont vidées des poissons par les multinationales qui exploitent aussi à grande échelle toutes les matières premières à moindre retour. La pollution ouverte à tous les excès. Il n’y a pas de travail, les fonctionnaires, sauf les gradés, ne sont pas payés. Idem dans le privé. Que reste-t-il aux gens ? L’immigration… Il y a aussi l’enrôlement dans l’armée de fanatiques en rage et le milieu mafieux de la drogue.
« Quand on broie les peuples il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils restent assis », dit Aminata Traoré en juin dernier, étonnée que l’on ne fasse cas du peuple malien qui se rebellait : « Les occidentaux sont naïfs, il faut cesser de croire à cette démocratie et voter ne sert à rien. Celui qui sera élu sera celui qui a le plus d’argent et s’il a de l’argent c’est qu’il est le plus corrompu. La Cédéao (CDAO) est dépendante du système extérieur et les peuples africains sont coincés sans pouvoir y échapper. S’il en avait été autrement, si les Touaregs avaient pu vivre dignement, jamais ils ne se seraient fourvoyés avec les combattants islamistes. » 
« Il faut que les africains profitent que l’Europe soit en crise et en perdition pour se réinventer des solutions d’existence conformes à l'esprit de communauté traditionnel» (Aminata Traoré - La démocratie ne suffit pas par legrigriinternational). « Il faut cesser d’adhérer au système européen imposé alors que justement il est en train de se perdre. Tant que le système de la mondialisation restera basé sur la prédation et la subordination, nous vivrons dans un contexte d’insurrection. La meilleure façon de s’en sortir c’est de comprendre tous les enjeux et voir ce qui se passe réellement sans se boucher les yeux. »
Intéressant discours, non ?... Aminata Traoré s’est beaucoup investie dans l’art Africain pressentant qu’il y avait dans cette activité un des débouchés. Elle lutte encore dans ce domaine, même en occident pour la libération et la promotion de l’art qui est l’image des peuples. Je suis heureuse en tant que femme, en tant qu’artiste, de savoir qu’il existe un être comme elle qui a le courage encore et encore d’affronter la réalité avec tant d’objectivité sans se laisser corrompre. Je loue son livre « Le viol de l’imaginaire » qui a sa sortie, il y a déjà plusieurs années, m’a donné le sentiment de me sentir moins seule.
« TINA soit qui MALI pense »
Rappel : TINA est l'acronyme de «There Is No Alternative» de Margaret Thatcher. Tel n'est pas du tout l'avis d'Aminata Traoré, nous rappelait Martine le 19 janvier 2013. Mais ce ne sont que deux femmes suspectes de vaines prétentions à la lucidité !
L'important est l'avis de deux messieurs-biens, lucides présidents de la Françafrique, pardon de la 5° République Française. Le premier dans un historique discours hystérique du côté de Dakar, le second dans un historique acte hystérique du côté de Bamako. Deux variantes d'une même continuité politique «grandiose» (mais dans le «changement», ment le second). Celle d'une France Éternelle, ô cocorico, qui fut coloniale (sans -iste!) pour la saine évolution de pauvres sauvages vers les beautés, blabla, de LA civilisation que l'on sait... : car on l'a tous sur le dos, la TINA !
Certes, avoue implicitement le discours de Dakar, la France a eu quelques ratés dans sa glorieuse époque de «grande mission civilisatrice», puisque les pauvres africains «souffrent toujours de n'être pas assez rentrés dans l'Histoire», a-t-il osé dire entre autres fadaises de mépris arrogant. Et son successeur, bien autant arrogant, prétend voler au secours du Mali par les armes. En tardif pompier d'un incendie qu'alluma son ancêtre politique : le si «grand humaniste» Jules Ferry, à la fois théoricien de notre sainte école publique et de notre sainte colonisation, excusez du peu.

Ils ont tout faux, ces deux messieurs. Ces deux dames ont tout raison. Elles et tous les peuples d'Afrique et d'ici, qui ont sur le dos «les bienfaits de la civilisation», versus Mme Thatcher and so on : «TINA ! ... : Le libéralisme est là, renard dans le poulailler, c'est LA liberté du capitalisme triomphant. Qui fera SEUL l'Histoire, désormais... prétendent-ils (car «la Dame de Fer en avait deux grosses» moquent des écossais, amusés du fait qu'elle refusa, par décence, de porter le kilt!)...

On ne peut comprendre l'actualité du Mali sans la replacer dans la si vaste Afrique :
Les peuples d'Afrique bien autant que ceux d'ici et de partout, ont fait, font et feront l'Histoire. Pour se limiter à la seule Afrique Noire et aux récentes périodes anticolonialistes, les africains ont à peu près tout tenté, avec grand courage, face à l'envahisseur «civilisateur». Surtout pilleur et incendiaire... Après y avoir été tant esclavagiste pour leur Amérique... Et avant de jouer au pompier-pyromane.
Il y eut de grands faits d'armes anciens, pour la plupart inconnus de nous (l'Histoire est encore loin d'être impartiale) mais pas des griots, donc des traditions. Puis, plus récemment, sont nées de grandes actions politiques audacieuses, grâce à une multitude d'anonymes. Et marquées de ces quelques noms : Patrice Lumumba, Nelson Mandela, Kwaine N'Krumah, Sékou Touré, Thomas Sankara, Amilcar Cabral, Augustino Neto, Eduardo Mondlane... et au Mali, enfin, Modibo Keita.
Le point commun de tous ces leaders fut de se réclamer «Africains», pour une unité africaine perdue par des frontières aberrantes post-coloniales. C'était du temps de la dite «guerre froide» et des chauds maquis (ou coups d'états), plus ou moins inspirés par divers marxisme-léninismes. Dégénérant souvent (comme en URSS...) en conflits politicards !... Cette période anti-coloniale puis post-coloniale a beaucoup souffert de ces caricatures de «révolutions mode marxiste» en modèle très inadapté. Manœuvré souvent par l'URSS, Cuba, La Chine... avec scissions fomentées par les USA, la France, etc. : bon merdier pour petits politiciens et gros affairistes. Et surtout misères s'aggravant lourdement (migrations intérieures, inter-régionales, vers le riche Nord)...
Le MALI, à sa façon, est une espèce de caricature-résumé de toutes ces misères héritées du colonialisme. D'abord par la pire extravagance de frontières artificielles intenables, qui ne furent que bêtes divisions de zones militaires provisoires entre petites armées françaises rattachées à un commandement soit à Alger soit à Dakar !...
La caricature continue avec l'appellation coloniale de «Soudan Français». Qui, à l'indépendance (59/60) deviendra MALI. Mais... après rocambolesques aventures de «Fédération du Mali» (nom de l'ancien empire régional du 13°siècle), avec le Sénégal. Hélas son président L.S. Senghor finira par rejoindre le point de vue pro-Francafrique de F. Houphouët-Boigny («la Côte d'Ivoire ne veut pas être la vache à lait d'une fédération romantique»). Et l'essai de panafricanisme capote, après avoir tenté la Haute-Volta (Burkina-Faso) et d'autres : Ghana, Guinée, Togo. Oui, Modibo Keita est grand panafricain. D'ailleurs, il proteste contre les essais nucléaires français au sud algérien voisin, reconnaît le GPRA avant l'indépendance de l'Algérie, expulse les dernières troupes françaises du Mali en 61 (... revenues en fanfare aujourd'hui !!).

La misère du Mali n'a cessé de s'aggraver, pire encore que chez ses voisins, depuis. Entre autres, les spéculateurs sur le cours du coton ruinent la grande ressource du Mali. Le «libéralisme» de TINA le veut. Puisque c'est le remède de cheval pour «assagir» (assassiner!) un pays qui fut tenté par une «3°voie» (non alignée et socialiste) d'une époque révolue. SAUF QUE NON... : IL Y A des ALTERNATIVES !
Après l'échec (mondial) de l'alternative «communiste» aux sauces staliniennes ou maoïstes, voici notre nouveau choix devant le mur de TINA. Soit la révolution «d'en bas», sage-populaire, soit la pseudo-révolution «d'en haut», élitaire-délirante.
-Soit «d'en bas» le genre indignés, versus Grèce,etc. ou versus «printemps arabe» et autres (Birmanie, Bolivie, n. zones à défendre) : Multiformes mouvements libertaires, sorte de révolution rampante qui prolifère par immenses variations locales, d'avenir. Celui de la Justice Sociale. De l'élémentaire Liberté...irrépressible pulsion de vie.
-Soit «d'en haut», révolutions de l'élite de ceux qui savent, (car Dieu les a choisis!), genres évangélistes yankees, catho-intégristes d'ici, radicaux hébraïques d'Israël, divers islamistes-du-djihad. Volontiers kamikazes et sanguinaires pour les pires : là, ils sont, comme les autres, escrocs religieux - mais bien plus mis «en vedette». Notamment grâce à l'abcès de fixation que la mouvance Al-Qaïda a pu créer dans le Nord Mali, si loin de tout (même de Bamako) : Après sa naissance par son fracassant succès du 11/09/2001, ses échecs en Algérie, en Afghanistan-Pakistan, ailleurs...
Alors, oui, bien sûr, comme tout le peuple malien, tous les africains, tout le monde, je suis atterré des invraisemblables exactions de fous de Dieu qui violent, coupent des mains, tuent, pillent, bref des fous furieux. Brigands surarmés par les stocks d'armes de l'ex-régime du fou furieux Kadhafi *, lequel est remplacé par … à peu près rien !

Mais ces bandes, capables de ce pire-là, ont aussi une élite de très jusqu'au-boutistes disciplinée, capable d'un très grand coup contre les «infidèles» sur une exploitation gazière d'Algérie à In Amenas. Le plus important coup depuis le 11 septembre 2001, peut-être. C'est une «opération coup de poing» dans une tradition des certains maquis (qui par exemple infligèrent en Espagne la première défaite aux conquêtes napoléoniennes) : Ces combattants là seront «hors-la-loi, terroristes» si vaincus, ou «héros patriotes» s'ils finissent par gagner. Or l'armée algérienne se revendique être fille des moudjahid des maquis, vainqueurs de l'«Algérie Française» d'il y a 50 ans. Elle n'a donc jamais toléré que d'autres maquis puissent naître depuis contre elle. Alors que les injustices sociales dues à «l’État FLN rentier du pétrole » se sont très, très aggravées : Dans un régime policier si puissant, si corrompu-corrupteur, les revendications populaires, faute de mieux, ont donc été canalisées par les islamistes. De plus en plus extrémistes au fur et à mesure qu'ils furent battus et repoussés au sud.
Donc, au Sud-Sahara, après établissement de leur grande «base arrière de l'Azawad», - odieusement chipée au légitime mouvement Touareg autonomiste -, ils reviennent à la conquête de l'Algérie ! : Tel est le schéma de la stratégie de cette mouvance islamiste. Mais la réalité est bien différente : ces islamistes là ne sont plus dans le peuple algérien, mais bandes de brigands sans FOI ni LOI, sinon de tout justifier au nom de Dieu, et d'abord leur terrorisme atroce sur... d'autres musulmans !

Beaucoup trop de mouvements insurrectionnels connaissent ce genre de dramatiques dérives. Hier : Tupamaros d'Uruguay, Sandinistes d'Amérique Centrale, Bolivariens de Colombie (etc.) avaient chaude intimité avec les revendications populaires. Faute d'avoir pu prendre le pouvoir, ils se sont étiolés et, souvent, résignés à survivre de trafics lucratifs, drogue principalement. Le cas des Talibans en Afghanistan et Pakistan est de pire dérive... et la dérive s'étend (via Soudan...et Internet !) au Sahara.
Pendant ce temps le «printemps arabe» des révolutions vraiment populaires a pu enfin naître, fragilement. Renversant au moins trois despotes, Ben Ali, Moubarak, Kadhafi, menaçant le 4°, El-Assad-le-coriace. Fragilement puisque l'expérience d'une société se libérant toute seule de tels poids est neuve. Et que de «vieux chevaux de retour» affluent. Certains libérés de prison ou d'exil (pour des opposants politiques laïcs et d'extrême-gauche). D'autres recouvrant libre expression publique, après être restés discrètement actifs dans leurs vastes réseaux sociaux : les frères-musulmans.
Cette appellation (officiellement «confrérie») est très souple, un peu comparable à la vaste «démocratie chrétienne» d'Europe depuis un siècle. A l'époque, d'ailleurs, les bons bourgeois des deux religions s'entendaient sur un point fondamental : «nous sommes des élites en charge de nos peuples ignares, à guider par la religion», et divergeaient sur le nom de cette religion !... Mais, tous deux, animèrent d'utiles services sociaux... en restant ambitieux de conquérir le pouvoir. Avec dérives fatales...

Retour au Mali, dont les pouvoirs étatiques sont quasi nuls et dont les misères du peuple sont quasi inimaginables. Ce serait une nouvelle Somalie si les islamistes sahariens parvenaient à Bamako ! Rappel : la Somalie fut abandonnée au rapport bénéfice/coût d'intervenir dans cette pauvre «corne d'Afrique». Donc abandonnée aux pires pirates. Mais le Mali (même s'il n'a que de potentielles mines d'or) a une position stratégique entre Algérie et Nigeria pétroliers. Est voisin des belles mines d'uranium du Niger si indispensables à la France. Voisin du Sénégal et de Côte d'Ivoire, où tant s'exerce «notre» Françafrique (officiellement reniée)... Et puis, cocorico encore, cette démonstration de force française au Mali est «vendeur» de «notre» beau joujou Rafale aux princes du Golfe Pétrolier. Ces schizophrènes-graves qui trouillent sur leurs pétrodollars, les dispersent aux Djihad... Attaqués par ces joujoux made-in-France. Au prestigieux «cocorico» à défaut d'être vraiment riche ! 
Les voisins du Mali sont presque autant fauchés que le Mali, en tout cas incapables de concrétiser sur le terrain leur solidarité militaire tant affichée en beaux discours... :
Le club de la riche Europe a la même réalité que de la pauvre CDAO : égoïsmes et beaux discours de solidarités... (et l'ONU ? : pire blabla!) : Le FMI, lui, gouverne...
Bref, ni les Maliens, ni les Algériens - ni les Touareg, encore une fois grands perdants de leur Azawad si juste - ni personne, surtout pas les musulmans (parfois réjouis par des coups d'éclats tels qu'à In Amenas) ne peuvent attendre qu'on agisse à leur place. D'abord celle des Maliens «aux premières loges». La malienne Aminata Traoré est très lucide, elle est très convaincante. Merci, Martine de ton billet sur «notre sœur-courage» que je salue comme toi !...
Rem*

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-


* Juste un aparté concernant l'ancien guide Kadhafi : de grands journaux français, à l'époque plus objectifs qu'aujourd'hui, ne l'avaient pas jugé ainsi. (documents de 1973 à 1987) Pauvre Libye, pauvre Mali, pauvre Afrique !
bab

8 commentaires:

  1. Merci, l'ami Bab de faire paraître ce texte, dans une version très améliorée par rapport à celle qui a parue sur Ruminances.
    Une première remarque d'abord : l'article de Martine qui ouvre le mien est paru en TROP petits caractères pour être lisibles!! Si c'est possible, merci de corriger ce défaut...
    Autre chose :
    Comme tu le signales dans ton "chapeau", ce texte termine (au delà de ma conclusion qui date du 31 décembre dernier) mon futur et proche bouquin (mi-février).
    Titre : "jeune Utopie & Anarchie manifeste",
    182 pages au format A4
    Petite édition "sauvage" perso à mes frais ( cherchant éditeur bienveillant)
    Si vous êtes curieux de la chose, je vous en dirai plus (avec extraits de textes) sur demande : écrivez-moi par courriel à l'adresse
    remi.begouen@free.fr

    RépondreSupprimer
  2. J'ai agrandi les caractères, Rem* : cela reste un peu plus petit que le reste du texte, malgré tout.

    RépondreSupprimer
  3. Excellente analyse qui devrait faire réfléchir tous les inconditionnels de la propagande hollandaise

    RépondreSupprimer
  4. Hollande au balcon, TINA joue au lion.
    Hollande écarté, TINA, va t'coucher !
    TINA, c'est pas bon, Hollande, démission !
    TINA, du pipeau, Hollande à vau l'eau.

    RépondreSupprimer
  5. HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE :

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer
  6. Merci Louanchi. Le colonialisme prend bien des aspects, y compris les plus sordides.

    RépondreSupprimer