Rechercher dans ce blog

dimanche 18 novembre 2012

Chômage, précarité, détresse - et opposition des talas à l'égalité entre les humains

le cortège démarre de Notre-Dame des Landes
Journée chargée hier. Déjouant les pronostics de l'homme de Matignon et ses amis, la mobilisation pour sauver un lieu d'élevage essentiel, magnifique et impropre à tout autre usage a été énorme et exemplaire. Espérons que ce lieu sera préservé du béton, et de son corollaire obligé : la désorganisation totale des bassins versants les plus importants de la région vers la Loire et vers la Vilaine. C'est un facteur sur lequel les "autorités" ne sont guère disertes. Sans compter le saccage de presque vingt mille hectares de zone particulièrement diversifiée en végétaux et en animaux. Pour rien.

Donc, tant d'humains, de France et de l'étranger, se déplaçaient pour dire un NON solennel au vouloir buté d'un homme. Mais pas que cela. Ce projet est potentiellement une source juteuse de revenu pour un bétonneur - quoiqu'il fasse puisqu'en cas de dysfonctionnement de la pompe à fric, ce sont les contribuables qui paieraient la différence.

Journée chargée, disions-nous. Pendant ce temps-là, d'autres personnages emplissaient les rues de certaines grandes villes pour... eh bien pour tenter d'interdire au gouvernement de lancer une mesure enfin égalitaire, une mesure qui donnerait à tous le droit de se marier - civilement bien entendu. Le mariage, avec des nuances (mais tout est souvent dans les nuances), est un PaCS plus complet, avec plus de solennité, entre DEUX personnes (et pas entre plusieurs, avec des animaux, et autres qualificatifs haineux accolés à la moindre modification de cette "institution"). 

Ces personnages oublient, comme le soulignait une Laura, interviewée sur le trottoir au passage du cortège parisien, certaines réalités. «Nous ne venons pas pour nous battre avec les opposants au projet de loi mais pour leur montrer que les familles homoparentales existent déjà. Nous sommes là pour défendre nos droits». Les couples homoparentaux avec enfants existent, déjà, dans les faits. Il s'agit seulement de leur donner un statut, d'approuver leurs droits, et de consolider leur union de fait et leur parentalité de fait. Mais allez donc faire comprendre cela à ceux qui ne voient que par des œillères soigneusement appliquées dès le plus jeune âge !  Il est particulièrement symptomatique que des évêques se soient mêlés ès qualités au cortège, dans un pays qui a été un pionnier de la séparation des églises et de l'État. C'est la tentative de tyrannie des "talas", en quelque sorte.

Journée chargée toujours. Renouvelant son offensive nommée plomb Durci, il y a deux ans, le gouvernement israélien lance "Pilier de défense", bien entendu sous le prétexte "M'sieur, M'sieur, c'est lui qu'a commencé !" alors que des attentats dits ciblés (comme d'habitude aussi) avaient précédé toute riposte. Sachant que depuis plusieurs mois l'agresseur se préparait au combat, ce prétexte n'en est que plus odieux. La maison d'un ami n'a eu pour le moment que ses vitres brisées, mais... l'agression continue, avec la bénédiction de l'administration Obama, prix Nobel de la paix.
Partout dans le monde, des droits sont bafoués, au nom le plus souvent d'une bienpensance protéiforme. Droit à vivre en famille, droit à l'éducation, droit à la santé, droit à vivre, tout simplement ! ! ! Allons-nous laisser continuer ces autorités, civiles, militaires, religieuses,  massacrer la vie de tous ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire