Rechercher dans ce blog

jeudi 29 août 2013

Un grand merci à Assawra : Syrie, l'Enjeu

C'est un travail énorme.  Walid Attalah s'est attelé à démonter tout l'historique de la Question de Syrie. 

(le Monde Diplomatique nous apporte là une carte essentielle)
 Assawra en publie l'intégralité, en voici quelques extraits. Nous ne saurions trop recommander à tous de reprendre toutes ces pages, essentielles pour comprendre la complexité de cette affaire, instrumentalisée, sur-instrumentalisée par les puissances du monde aux dépens de la population syrienn.


-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-


L’enjeu

jeudi 29 août 2013, par Walid Atallah

Beaucoup s’interrogent sur la situation en Syrie, sur les parties en présence et les enjeux en cours.

Il est un fait que la concurrence médiatique entre les parties avec la surenchère et certainement des mensonges n’aide pas vraiment à comprendre.

Il y a certainement des enjeux économiques et des enjeux pour la résistance contre les plans impérialistes-sionistes dans la région du Moyen-Orient.

Mais il y a un autre enjeu dont on ne parle pas beaucoup ; c’est celui de l’avenir des peuples de la région, de la liberté des individus et de la démocratie.

Alors il faut prendre la peine d’y voir clair : déterminer les parties en présence et leurs intérêts, leurs positions afin de comprendre la situation actuelle et ce qui peut se passer à l’avenir et prendre position.

Chronologiquement il faut noter que les mouvements de protestations qui ont débuté en Tunisie en décembre 2010 et qui se sont propagés en Egypte, en Syrie, au Yémen, au Bahreïn… ont sans aucun doute ouvert une nouvelle phase historique pour les peuples de la région, pleine d’espoir de liberté, de démocratie, de droits et de justice.

Si en Tunisie, en Egypte et au Yémen ces mouvements (toujours en cours), ont abouti à l’éviction des présidents en place et à ébranler les régimes qui n’ont pas complètement disparu, il n’en fût pas de même au Bahreïn où la révolte a été matée par des troupes saoudiennes et jordaniennes. Quant à la Syrie, ni le président ni le régime ne sont tombés malgré les mouvements de protestations pacifiques et d’autres armés.

Les évènements ont commencé en Syrie quand en mars 2011, après les événements en Tunisie et en Egypte, il y a eu au sud du pays dans la ville de Derr’a un petit événement qui allait lancer une dynamique qui dure jusqu’à aujourd’hui.

Prenant exemple sur les événements en Tunisie et en Egypte, une quinzaine d’enfants de 10 à 16 ans ont tagué sur des murs de la ville des slogans pour la liberté. La sécurité politique (l’un des services du régime – une quinzaine) les a arrêtés et torturés. Leurs parents sont allés demander leur libération avec des responsables de clans tribaux dans cette région.

Le responsable de la sécurité politique les a humiliés et n’a pas libéré les enfants. Des manifestations populaires régulières ont alors commencé pour demander leur libération avec leur lot de morts et de blessés. Ces dernières commençant à prendre de l’ampleur, le régime a muté ce responsable dans la ville d’Edleb au nord-ouest de la Syrie.......


/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /


...........

On peut dire aujourd’hui avec certitude :
. Que les projets politiques communiste, nationaliste, islamiste ont échoué dans la région parce qu’ils n’étaient pas démocratiques dans leur essence et leur organisation, même s’ils ont obtenus des victoires importantes contre le colonialisme et pour la liberté des peuples ainsi que certains droits. Un des cas d’échecs des nationalistes par exemple est d’avoir méprisé – cas de l’Algérie – les populations berbères non arabes, ou les Kurdes au Machrek…..

. Que les femmes sont méprisées et exploitées ainsi que les enfants dans tous ces pays.

. Que la corruption est le système de fonctionnement présent dans ces pays ainsi que l’absence, le manque ou la faiblesse de services publics comme la santé, l’éducation, …..

Et que la répression est la règle d’or de ces régimes.

Seulement, les hommes, les femmes et les enfants ne veulent pas vivre éternellement l’échine courbée, sans droits et sans liberté.

Pour conclure, le seul véritable enjeu et la seule véritable solution, c’est la démocratie et la justice sociale dans des États de droit. En Syrie comme ailleurs, la solution tient en trois mots ; TRANSFERT DEMOCRATIQUE DU POUVOIR. Tant que la question du transfert du pouvoir n’aura pas été réglée, les populations se soulèveront, les régimes réprimeront, certains Etats ou organisations interviendront, etc…..

Walid Atallah
Le 29 août 2013

4 commentaires:

  1. Oui, tout le dossier historique dressé me semble juste, confirme d'ailleurs ce que j'ai appris peu à peu depuis 60 ans...
    La différence tient aux trois mots de la conclusion. Je trouve que le mot "démocratie" a fait faillite, tant il a été odieusement dévoyé. Mes mots de conclusion seraient plutôt :
    "JUSTICE SOCIALE, LIBERTÉS INDIVIDUELLES"...
    Applicables bien sûr PARTOUT ! ... mais cela implique la fin du POUVOIR tel qu'il est admis (États, Religions, FRIC, etc.), cela implique l'Anarchie qui est l'Ordre moins le Pouvoir... sinon l'IMAGINATION AU POUVOIR, simplement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rem*. Et bien d'accord pour la conclusion.

      Supprimer
  2. Autre chose, détail certes.
    La carte du "Diplo" qui tu reproduis est utile et juste pour l'essentiel. Je relève simplement une erreur cartographique : Port-Saïd est indiqué (à l'emplacement du petit port de Damiette), à environ 200 km trop à l'Ouest de son emplacement réel au Nord du canal de Suez (pourtant cartographié). Et, pire, le premier port d'Égypte, Alexandrie, n'est pas mentionné, environ 200 km plus loin que Damiette, sur l'autre bras principal du delta du Nil, vers l'Ouest de Damiette.
    Cela ne gêne pas, d'accord, l'intérêt politique de la carte. Mais cette erreur est troublante car la source indiquée de la carte est d'un service de l'Armée US!!: avec ce type d'erreurs en exemple, comme croire à la fiabilité affichée (outrageusement) des services secrets, des attaques de drones ou de missiles, etc. !
    C'est un peu comme si une carte militaire de 1945 indiquait, à l'emplacement de La Rochelle, Bordeaux ou St-Nazaire...
    Au fait, cela me rappelle le récit d'un aviateur-bombardier US qui largua à la veille du 8 mai 45 ses grosses bombes sur La Rochelle. Il appris ensuite qu'il s'agissait moins de réduire la poche de la (petite)base-sous-marine nazie de la Rochelle (sur le point de se rendre!) que de se débarrasser du stock encombrant de bombes US !... Plus tard, revenu visiter les dégâts de son odieux bombardement, le vétéran devint militant pacifiste (et il y a beaucoup d'autres exemples semblables)...
    Je ne sait plus le nom de ce militant : quelqu'un le sait-il ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes remarques sont fort judicieuses.

      Quant aux gouvernements, leur cynisme n'est plus à démontrer : c'est tous les jours que des exemples le rappellent. Se débarrasser de ses bombes sur une ville pleine de civils, comme çà, gratuitement (euh...) n'est-ce pas à la fois stupide et méprisant ?... et criminel ?

      Supprimer