Rechercher dans ce blog

samedi 21 janvier 2017

Primaires de droite ? Primaires de gauche ? Dans les cordes !

Il y a peu se déroulèrent les primaires de la droite, dans l'indifférence quasi générale, hormis chez les prêtres des médias qui psalmodiaient des airs convenus.

Pour bientôt se préparent les primaires de la gauche, sous les quolibets, voire les horions. Le soufflet qui fit hausser les sourcils des bien-pensants du marais médiatique fut bien plus que cela : c'était un soufflet de toute la vraie France, celle qui travaille, ou qui tente de le faire, envers toute celle qui s'impose depuis sa morgue, aux deux sens du terme.

C'est la morgue des « grands » envers ceux qui triment pour leur payer festons dorés et chasubles d'or, contents, ou pas.

C'est la morgue où se réfugie le cadavre de la gent politicienne, plus que discréditée, incinérée sur le bûcher qu'elle s'est elle-même dressé à coups de mépris.

Oui, ce soufflet est le geste instinctif de millions d'opprimés, sur la caste d'oppresseurs aux casquettes différentes, mais au contenu identique. Ce soufflet a retenti comme le signal de la fin pour les barbares du premier rang, pour les tenants du POUVOIR mondial, toutes nuances politiques confondues, d'une droite extrême se répandant depuis son PACAge jusqu'aux terrils, à une gauche extrême mondialiste jusqu'aux cheveux.

Allons, mesdames, messieurs les Superbes ! Ite, missa est. Allez-vous en, le message vous a été envoyé, adressé, infligé, asséné. Dehors ! Dehors, avec vos amis milliardaires en sous-sous et en POUVOIR. Vous êtes véritablement dans les cordes avant même le match, écrasés par les huées, les haros et les invectives. Place au Peuple, peuchère. Avec 2017, ce sera son Grand Retour, après que vous ayez été copieusement chouchoutés, gattazés pendant plusieurs générations déjà. Vous avez besoin de nous, nous n'avons pas besoin de parasites.

Good Bye Farewell chez vos amis anglo-saxons, et ne revenez pas, jamais.

2 commentaires:

  1. La messe est dite. Assez drôle s'agissant du PS avec ces chiffres de la participation aussi truqués que ceux du chômage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas, Des Pas ? Pour un peu, on réussirait à en rire malgré les lèvres gercées.... C'est un parti qui est parti, pas en partie, mais en totalité. Bonk ! fit la poubelle.

      Supprimer