Rechercher dans ce blog

jeudi 27 octobre 2016

Vingt dieux... et des poussières

Les politiciens actuels devraient un peu réfléchir à cette laïcité qu'ils torturent pour tuer notre tissu social. Ils scient la branche qui leur apporte tant de bienfaits.

 

Vingt dieux... et des poussières

26/04/2010


icone othodoxeL’entité Dieu a été inventée par des hommes. Pas grave, c’est leur affaire. Si certains pensent nécessaire d’avoir un Quelquechose qui les transcende pour être heureux, et lui parler comme à un psychiatre pour se sentir équilibrés, pourquoi pas ? En revanche, s'ils sont prosélytes au point de prêcher partout ce qu'ils considèrent comme "la bonne parole", il descendent au même niveau que les politiciens, et ce n'est pas un compliment.

Les religions occidentales (à la différence de leurs homologues orientales, généralement plus philosophiques et moins tyranniques) sont surtout des façons pour un encadrement plus ou moins lâche, de mener des humains dans un certain sens. Souvent, elles sont très liées avec le pouvoir temporel, et la synergie fonctionne bien entre eux. Autrefois, en particulier dans le judaïsme ancien, allaient de pair le grand-prêtre, et le chef de guerre. C'était un binôme très fréquent. Parfois, un seul personnage occupait les deux fonctions, le Roi : tels David ou Salomon.

La laïcité, et là-dessus les opinions divergent, se devrait de renvoyer soigneusement les religions dans la sphère privée. Il faudra noter d’ailleurs, que l’Islam là-dessus, et le judaïsme également, sont plus discrets qu’un christianisme arrogant et souvent tyrannique. Voir ce qui se passe aux Etats-Unis, qui ont une laïcité théorique, mais où les religions chrétiennes (puisque pour eux les sectes sont des religions) sont pour le moins envahissantes, voire plus encore.

Le Pouvoir actuel en France, pas du tout neutre, aurait intérêt à méditer sur ces obligations dont nos ancêtres d'il y a un siècle ont codifié et entériné le bon usage. Il a délibérément mis la laïcité entre parenthèses, afin de jouer à exacerber des antagonismes, au lieu d’être un arbitre, négociateur discret, impartial et éclairé. Les républicains ne lui diront pas merci.

BO

3 commentaires:

  1. Superbe texte : à reproduire sans modération !

    RépondreSupprimer
  2. Tu noteras, Rodo, qu'à un mot près, c'est un article qui a six ans et demi : on ne peut pas dire que les politiciens ont su modérer leurs agissements calamiteux, et leurs sponsors les financiers (tel Soros) encore moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas fait attention à la date !

      Supprimer