Rechercher dans ce blog

lundi 29 août 2016

Je suis raciste, et je persiste

 

Compte tenu des nombreux, très nombreux même, coups de boutoir volontaires à la bonne entente entre tous les humains, il fallait que je réitère mes dires d'il y a cinq ans quitte à ajouter un mot, ou deux. Personne n'en a assez, de ces délits perpétrés par ceux qui font l'opinion, ou ceux qui décident, au nom de "valeurs" pas toujours très nettes ?

 

 

Je suis raciste

mercredi 5 octobre 2011



Que ce soit sous la forme d'un zébu, d'un homo sapiens sapiens ou d'un orang-outang, toute créature qui vit par et pour l'argent est un être à rejeter. Donc vis-à-vis d'une telle erreur, je suis raciste.

Je me suis laissé dire que les zébus ne recherchaient que rarement à s'enrichir sur le dos des yaks. Que les orangs-outangs possédaient une solidarité naturelle et enviable. Que la plupart des animaux qui rampent, volent, crissent, caquettent, blatèrent ont le même humanisme malgré leur obligation de tuer, parfois, pour vivre.

Ne reste que cet homo sapiens sapiens, au rictus parfois déplaisant, mais au sourire pas toujours porteur de bonnes intentions. Le plus dangereux, l'homo sapiens dollarens, porte le plus souvent cravate, belles chaussures et chemise bien repassée. Regardez-le bien dans le soleil couchant : malgré ses lunettes d'aviateur, aux reflets métalliques, ses yeux brillent en forme de S barré de deux traits verticaux. Danger.

Il faut remarquer que ce bipède (oui, généralement c'est ainsi qu'on le voit en public : en privé c'est autre chose) n'a pas toujours le même « métier », comme il dit. Banquier, il se déplace souvent autour du monde dans un véhicule crachant et rapide nommé « avion ». Politicien, c'est la limousine avec chauffeur qui le tente : c'est dans une taille un peu moins importante l'équivalent du véhicule précédent, avec des roues qui tournent violemment au lieu de « tuyères ». C'est pourquoi il passe plus près du sol, en général. Pourtant, on dit souvent de lui que « la Terre ne le porte pas » . Soldat, il présente un accoutrement surchargé de galons, de décorations, d'écussons, de gros boutons, et il adooore faire marcher ou courir d'autres hommes, pendant que lui ne bouge pas. Sa voix est forte. C'est tout, il n'y a rien d'autre à en dire. Les autres bipèdes de cette espèce, que l'on nomme patrons de presse, ou grands industriels, ou encore représentants du peuple, tendent à ressembler à ces types-là, selon les circonstances.

En raison de ces aspects différents, seuls les yeux peuvent les singulariser et les signaler à notre attention. Il faut le répéter, ce sont des animaux dangereux, les seuls qui le soient vraiment sur cette planète. Le plus souvent, ils manœuvreront pour que des humains auxquels ils auront donné des ordres fassent à leur place des besognes cruelles, collectivement, et sans savoir la finalité de leurs gestes. Ces humains normaux, par contagion et mutation, deviennent parfois eux aussi ces sapiens sapiens aux yeux redoutables. C'est pourquoi cette engeance doit être combattue, par la parole, par l'écrit, par le geste aussi quand la pression est trop forte.

Je suis raciste. Je combats l'homo sapiens dollarens. Frères humains, je vous en conjure, cessez de l'écouter, de lui obéir, car il vous tuera tous. Mais rappelez-vous : seuls les yeux peuvent le trahir, malgré les lunettes d'aviateur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire