Rechercher dans ce blog

vendredi 14 août 2015

Gigantesque fiasco Mistral : François Hollande DOIT démissionner

Le Vladivostok
Eh voilà. L'honorable contrat franco-russe d'armement naval est quasi-clos. Alors que les Chantiers STX de Saint Nazaire, après avoir construit pour Moscou deux navires dits "BPC" (Bâtiments de Projection et de Commandement), redémontent tous les matériels russes déjà installés sur les navires, alors que les frais de gardiennage et d'assurances s'élèvent à cinq millions d'euros par mois, sans doute l'instigateur de ce recul, Bernard Henri Lévy, doit-il se frotter les mains. Ce n'est pas lui qui a pris cette décision, bien entendu, mais François Hollande lui-même. Du locataire officiel du Quai d'Orsay, on ne parlera même pas.

C'est il y a quatre ans et demi, le 25 janvier 2011, que le contrat avait été signé à Saint Nazaire entre Alain Juppé, ministre de la Défense, et le vice-Premier Ministre de la Fédération de Russie. Aujourd'hui, alors que la livraison avait déjà été honorée financièrement, c'est un bien gros chèque que la France devra payer en retour. Presque un milliard a déjà été reversé, il restera sans doute encore environ deux cents millions, sans compter le démontage des appareils, la "dérussification" des indications portées sur les coursives et les équipements divers, et peut-être la mise aux normes OTAN des navires, s'ils sont acceptés par un pays membre de cette organisation.

S'ajouteront à ce bilan un peu dispendieux le duo gardiennage-assurance, mais aussi le manque à gagner d'autres fournitures qui ne se feront pas, comme les deux autres unités du même type que devaient construire sous licence les Chantiers de la Baltique, comme le contrat de maintenance sur 30 ans, comme d'autres bateaux plus petits qui étaient en projet. Avec l'énorme contrat de 126 Rafale auquel l'Inde a renoncé, c'est une note globale de deux milliards et plus qu'aura coûté l'entêtement d'un homme. A rapprocher de la perte du marché habituel de l'Iran pour Peugeot, que Ford a remplacé au pied levé. A rapprocher des souffrances de l'agriculture française, très marquée par le logique contre-embargo russe qui lui ôte de gros débouchés.

Tout se passe comme si, sur injonction de Washington peut-être, le président de la République s'ingéniait à torpiller tout ce qui fait encore sens dans notre pays. C'est au moins du sabotage.  Après, c'est à une Cour de Justice de déterminer les termes exacts du crime. D'autres se retrouveraient avec lui sur les bancs des accusés, en Assises, pour affronter la Justice du Peuple et non des professionnels qui pourraient les absoudre. B. H. Lévy bien entendu, mais bien d'autres encore sans doute.

Ce serait bien entendu la bonne occasion pour rompre les relations diplomatiques avec l'oncle Sam, et démanteler son dispositif d'espionnage situé à l'angle de la Concorde, sur le toit de l'ambassade, à deux pas de l'Élysée.

2 commentaires: