Rechercher dans ce blog

vendredi 26 septembre 2014

Retour après l'aide à une auto-édition

Bonjour les amis. Voilà un moment que je n'ai plus donné signe de vie. J'ai aidé bénévolement une amie à auto-éditer trois ouvrages qu'elle avait sous le coude.

Depuis cette nuit, ils sont enfin disponibles chez Lulu.com, ce site qui imprime au fur et à mesure des commandes les livres qui ont été déposés chez lui. Avantage par rapport avec des éditeurs classiques : l'auteur reste le seul maître de son ouvrage jusqu'au bout. 

Trop d'éditeurs en prennent largement à leur aise avec le manuscrit original, et comme les droits leur sont transférés,  l'auteur ne peut que s'opposer en bloc aux modifications envisagées.

Donc, ces trois œuvres sont, ou vont être très rapidement disponibles.

- "Et l'espérance jaillit du gang", un roman se passant dans les glauques rues et taudis du Bronx des années 80. Les faits, romancés bien entendu, sont partis de situations et péripéties réelles. Les acteurs principaux du drame existent réellement.
 




- "Au cœur de la pègre américaine", une étude sur la faune des quartiers défavorisés, sur la police, sur les intervenants sociaux divers. Étude très fouillée, car l'auteur a eu la chance peut-être unique de pouvoir étudier les archives de la police new-yorkaise, même les plus confidentielles, les plus "privées". Elle explique pourquoi. Elle a également accompagné les patrouilles de police, vécu avec les missionnaires qui sont souvent les seuls soutiens de ces habitants, et aussi avec certains intervenants sociaux "laïcs" ; elle a bien entendu pu discuter directement avec les marginaux, souvent jeunes, qui survivent de façon souvent violente.





La création de ces deux ouvrages lui a pris dix ans.

Quant au troisième opus, il s'agit d'une autobiographie. Elle en avait déjà écrit une grand partie à la fin des années 70. En l'état, déjà, Laffont était prêt à la publier. Deux comités de lecture successifs avaient donné leur feu vert, mais le patron de l'époque avait opposé son veto, parce qu'elle était trop jeune encore pour cet exercice (elle avait une trentaine d'années). C'est donc ce manuscrit, revu, corrigé et complété, qui est proposé maintenant.




Il faudra noter que je ne partage pas toutes les options, opinions et croyances de l'auteur. Cependant, suffisamment de façons de voir les choses nous rapprochaient, pour tenter l'aventure ensemble. Et c'est une aventure ! Ceux qui se sont lancés déjà dans l'auto-édition comprendront. D'autant qu'il y avait là trois ouvrages à préparer à la fois.

L'auteur souhaite avant tout faire partager à tous ses aventures, ses expériences, ses passions, ses coups de cœur. Des coupeurs de têtes du nord de l'Amazonie aux clochards parisiens, des "beaux quartiers" de Paris où elle passé son enfance aux gangs de rue ou à moto (émules des Hell's Angels de San Francisco), de la région de Las Hurdes, située en Espagne, mais que les Espagnols eux-mêmes souvent ignorent - voir le film de Buñuel qui leur a été consacré - à l'ambiance de FR3 Alsace où elle a été longtemps journaliste, c'est tout un monde improbable qui se déploie au gré des trois ouvrages.

Ajoutons que, journaliste, elle a écrit d'autres ouvrages, dont l'un fut couronné par l'Académie Française. Ce qui lui donna l'idée, en 1976, d'avoir la hardiesse de briguer le fauteuil de Robert Aron à cette même Académie. Bien que ce fût l'Année de la Femme, elle fut bien entendu recalée (bien trop jeune, femme, politiquement engagée, c'était beaucoup). C'est Maurice Rheims qui obtint plus tard le droit de porter l'habit vert à cette même place.





Je suis heureux d'avoir pu contribuer, en amateur souvent perplexe pour résoudre les petits ennuis qui ont émaillé cet "accouchement", à ce que je considère comme une triple réussite. Et merci, Chantal, de m'avoir permis de partager cette aventure.

12 commentaires:

  1. Bel article!
    Félicitations aux heureux parents!

    RépondreSupprimer
  2. Bon, c'est noté. Pour l'heure, je tire le diable par la queue, mais dès que j'aurais un peu de fonds à dispo, j'achète. C'est promis, pour preuve, je me crache dans les mains...
    Biz Jean-Claude et le meilleur à ta petite famille qui s'agrandit, veinard de grand-père, mais surtout veinards de petits enfants d'avoir une telle chance de t'avoir pour grand-pater !

    RépondreSupprimer
  3. Coucou à tous et à toutes ! Petite modification : "Une grandE partie à la fin des années 70. En l'état, déjà, Laffont (non, Fayard) était prêt à la publier"
    La candidature à l'Académie française était bidon, pour dire que les femmes y ont aussi leur place
    Merci au vaillant gentil Bab pour son aide technique
    Je ne voulais pas d'Editeur comme ceux que j'avais avant, Hachette... trop long pour la réponse et pour l'édition alors que l'actualité est incertaine. Je ne voulais pas que ces trois manuscrits restent dans un tiroir !
    cordialement chantal

    RépondreSupprimer
  4. Merci à tous. Contribuer à cet évènement fut important pour moi, même si je n'étais que l'assistant. Je pense que les trois ouvrages se complètent, car ils apportent une vision différente de phénomènes sociaux, et en découvrent de nombreuses facettes. Les mettre à disposition ensemble était une bonne idée. Malheureusement, comme leurs prédécesseurs (Enragés, Clochards, Cour des Miracles) sont sortis dans de grandes maisons, on ne peut guère espérer une réédition.

    RépondreSupprimer
  5. Oh cher Bab, tu oublies le pamphlet contre Giscard, sur Balland ! Clin d'oeil d'eva chantal
    NB Enragés, ce sont les étudiants de MAI 1468 qui contestaient leur université
    NB 2) Vision roman, vision document-reportage-témoignage, vision vécue vie d'AventureS avec un A comme dirait Malraux ! Ainsi, en Amaonie

    RépondreSupprimer
  6. Pardon, Amazonie, mon z marche à peine sur mon ordi

    RépondreSupprimer
  7. Avez-vous une edition epub pour les liseuses ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur n'a pas souhaité en créer une. Désolé.

      Supprimer
  8. J'ai déjà eu un problème avec Lulu, j'ai contourné en m'adressant directement à l'auteur.
    Je voulais commander le premier. Lulu refuse de me reconnaître. C'est alternatif, d'accord, mais il faudrait une alternative à l'alternatif.

    Ça a l'air très intéressant.

    RépondreSupprimer
  9. Salut camarade,
    Puis-je te demander ton adresse mél? C'est opur acheter le bouquin, merci.

    RépondreSupprimer